Fanfiction StarCraft: Ghost

Retour à la liste des Fanfiction

Chroniques d'un simple héros

Par Nerro

Prologue

Chapitre 1 : Bienvenue à Core Sara

Chapitre 2 : Dans l'enfer de la bataille

Chapitre 3

Chapitre 4 : Le repos du guerrier

Sur le champ de bataille la confusion était totale. Les Terrans surpris par l'attaque couraient dans les tranchées poursuivis par des centaines de Zergs. Les coups de feu et l'odeur de la poudre et du sang sont omniprésents, les armures et les griffes s'entrechoquent et se déchirent.

Le petit groupe de Terrans arrive à un campement retiré à l'arrière du front, l'un d'eux entre dans une tente.

- Bon sang colonel c'est quoi ce bordel ! Mes hommes n'étaient pas près, pourquoi la flotte a-t-elle lancé l'attaque ?

- La flotte n'a rien fait, la station orbitale « Conondrum » a explosé d'elle-même.

- Toute seule ? Je sais que les confédérés ne sont pas doués mais à ce point !

- Nous verrons bien, nous avons reçu un signale de détresse d'une capsule un peut avant l'explosion.

- Des confédérés ?

- Peut être pas. Aucune autre capsule n'a été repérée, il s'agit peut être d'une tentative de fuite. Quoi qu'il en soit vous allez la chercher, elle se trouve dans une clairière au nord d'ici.

- Bien colonel !

Le marine sort et fait signe à son équipe de le suivre.

Après plusieurs longues minutes de marche et quelques créatures hostiles éliminées le groupe de marines arrive enfin à la clairière.

La capsule avait formé un petit cratère à coté d'une cour d'eau. Différents objets couverts de sang jonchaient le sol. On pouvait apercevoir un cadavre de zergling au fond du ruisseau, l'endroit venait visiblement de servire de champ de bataille.

Les marines s'approchent prudemment de la capsule d'où s'échappe un bruit in identifiable.

En arrivant à quelques mètres de la capsule, un zergling s'échappe par la porte mais est immédiatement réduit à l'état de lambeaux de chaire par les marines.

- Vous deux restez avec moi et surveillez la zone, toi vas fouiller la capsule !

Les trois marines se mettent en position, tandis que le quatrième entre dans la capsule, puis en ressort au bout d'une petite minute.

- Caporal vous devriez voir ça ! C'est une sorte de journal de bord !

_______________


25 Mars 3569

« Et voilà je quitte enfin l'Académie, demain je serai affecté à une nouvelle unité et nous partirons dans une semaine pour Core Sara. J'ai décidé de tenir un journal de tout ce qui se passera et ceci en est la première page, enfin si on peut dire qu'il y a des pages. »
Il était 8 heures quand le réveil se mit à sonner. Tout cela ne me faisait que 4 heures de sommeil mais dans un certain sens ce n'est pas trop mal, dans une semaine je n'aurai peut être plus l'occasion de dormir autant. Enfin, j'espère tout de même que je n'aurai jamais une telle gueule de bois sur le champ de bataille.

La fête d'hier soir était particulièrement bien arrosée, et ça va sûrement être encore comme ça tous les soirs avant le départ. Après tout, il faut bien en profiter.

Dans une heure, j'ai rendez-vous au bureau de recensement pour recevoir mes papiers d'attribution définitifs. J'ai intérêt à être près à temps ou je vais me faire passer un savon.

Enfin, j'arrive à mon rendez-vous, j'ai quelques minutes de retard et je suis à moitié endormi mais je ne suis pas le seul, le colonel Rumsteck, qui lui non plus n'a visiblement pas passé une bonne nuit, est en train de grogner sur la lenteur des bureaucrates.

Au bout d'un quart d'heure d'attente, on me fait entrer dans une petite salle. Je m'assois à un petit bureau, une secrétaire prend mes informations personnelles et les entre dans un ordinateur. Au bout d'un petit moment, elle me remet un dossier d'affectation et une carte d'identification avec mon nom, Jack Baldeur, et une vielle photo de moi. Avant de partir je passe à un autre bureau où l'on me donne la date et l'heure de mon départ : 1er Avril 15H35.

L'heure de mon départ approche de plus en plus. Il est un peut plus de 15 heures, je viens de quitter un bar avec quelques personnes qui partent en même temps que moi. Arrivé au spatioport de l'Académie militaire, on nous donne une énorme armure et une arme et on nous fait patienter dans une sorte d'entrepôt. Après une longue attente on nous fait monter dans Cuirassé qui décolle peut après pour 2 bonnes semaines de voyage.

Nous arrivons en orbite autour de Core Sara. Durant le voyage j'ai reçu l'ordre de me présenter au bureau d'étude psionique. Je me demande bien pourquoi ils veulent m'envoyer là-bas. Je dois leur remettre une enveloppe cachetée et attendre, cela ne me rassure vraiment pas.

Nous avons débarqué sur Core Sara depuis maintenant 2 heures. Pour le moment nous sommes stationnés dans un baraquement. Le colonel Rumsteck n'a pas oublié de me rappeler mon rendez-vous dans leur foutu bureau d'étude. Je crois que je vais y aller ce soir après une bonne partie de poker pour me détendre.

Me voilà donc en route. J'ai un très mauvais pressentiment, comme ci quelque chose allait arriver. La base était très sombre Les édifices étaient remplis de petite lumière multicolore mais elle n'éclairait pas plus loin que les abords des bâtiments.

Je marchais tranquillement dans une rue à environ 200 mètres de ma destination quand l'alarme retentit. En quelques secondes le ciel se remplit de vaisseaux Protoss. La nuit noire s'illumina de bleu en un instant. Le centre d'étude où je devais me rendre explosa en éclats en même temps que plusieurs autres bâtiments. La surprise était totale, tous les marines couraient à leur poste tandis qu'un nombre incroyable de vaisseaux de type ombre prirent leur envol.

Ma première bataille venait de commencer.
Les troupes au sol Protoss étaient déjà en train de débarquer. Un ordre d'évacuation venait d'être donné dans la zone ou je me trouvais. Le problème était que les Protoss avaient presque encerclé ma position et je n'étais pas équipé pour le combat. Si je ne trouve pas une armure et une arme rapidement, ma vie risque de prendre fin plus rapidement que prévu. Bien évidemment je ne connaissais pas la base et je ne voyais aucun dépôt de ravitaillement là où j'étais.

J'entendis un groupe de Protoss qui se rapprochait, je devais absolument me trouver une cachette. Une usine en ruine se trouvait à ma droite. C'était la cachette parfaite, personne ne devrait s'attaquer à un bâtiment déjà détruit.

Une foi arrivée dans l'usine j'entrepris de la fouiller, je pourrais peut être trouver de quoi me défendre. Les armes ne sont pas ce qu'il manque, mais les armures sont toutes très endommagées. Au bout de quelques minutes la chance tourne enfin, un collègue s'est prit une poutre dans la tête, ce qui à laissé son armure intacte. Le sang mélangé à la cervelle n'est pas très alléchant mais je préfère ça plutôt que de me faire butter par les Protoss.

Maintenant que je peux me défendre, je dois rejoindre mes camarades. Les rues grouillent de Protoss, je vais devoir me faire discret si je veux m'en sortir.

Je sortis de mon bâtiment pour courir vers un autre avant qu'un Protoss ne me voie. Je continuais mes sauts d'édifice en édifice quand un bruit de coup de feu m'arrêta dans la traversé d'un dortoir. Je m'approchais prudemment de l'origine du bruit lorsqu'un disciple surgit devant moi. Je bondis immédiatement en arrière en lâchant une rafale de balle qui allèrent d'écraser sur le bouclier de mon adversaire. « Je ne dois pas mourir ! » Voilà la seul chose à laquelle je pensais lorsque j'esquivais de justesse un coup porté par mon adversaire en me jetant à terre. Il s'en suivit une seconde rafale de ma part avant de rouler tant bien que mal vers un couloir adjacent. J'espérais ainsi pouvoir piéger mon adversaire. J'avais vu son bouclier clignoter et si je pouvais le détruire la victoire me serait assurée. Je me mis donc en position contre une caisse, prêt à faire feu.

Au bout de quelques minutes je me rendis compte que mon idée était absurde, même un Zerg ne tomberait pas dans un tel piège. Derrière moi ! Je me retournais juste à temps pour voir le Protoss courir vers moi. La dernière attaque fut la bonne. Coupé dans son élan mon ennemi ne pu réagir et s'écroula à terre aussi tôt son bouclier hors-service.

En sortant du bâtiment, deux scouts commencèrent à me canarder. Mon armure prit plusieurs salves avant que je puisse me réfugier entre trois blocs de béton. Malheureusement, les tirs des vaisseaux commençaient à transformer ma cachette en tas de gravier. Cette foi ci je ne risquais pas de leur faire le moindre dégât. Je m'apprêtais à courir vers une autre cachette lorsque plusieurs explosions retentirent. Deux goliaths, qui escortaient un tank, venaient de me sauver la vie.

Je courus immédiatement vers le tank, je pensais sûrement que je serais mieux protégé dans ce véhicule complètement blindé. Le pilote m'annonça que l'ordre d'évacuation total de la base avait été donné. J'allais donc partir avec lui vers le point de ralliement. Ma première bataille, ma première défaite. La prochaine fois sera la bonne.
Nous étions donc en route pour un canyon à un peu plus de 200 kilomètres de la base vers l'est. Je m'étais trouvé une petite place sous le canon du tank. Le système de déploiement de canon ne marchant plus, nous l'avions enlevé, ce qui avait libéré juste assez de place pour m'y installer correctement.

Le voyage se faisait de plus en plus long. Non seulement le tank n'était pas très rapide mais le terrain très escarpé nous obligeait à faire de nombreux détours. Les crevasses et les falaises s'enchaînaient, transformant le désert en labyrinthe de terre et de roche. La climatisation de mon armure devait être endommagée car la chaleur devenait insoutenable. Heureusement que j'étais à l'ombre du canon, sans cela je ne sais pas combien de temps j'aurais pu tenir sous les deux soleils qui brûlaient cette planète.

Cela faisait bientôt quatre heures que les soleils s'étaient levés. Mes réserves d'eau étaient épuisées et à ce rythme, on ne risquait pas d'arriver à destination avant une bonne heure. La fatigue se faisait de plus en plus sentir et au bout de quelques minutes, j'ai commencé à m'abandonner aux bras de Morphée...

Un bruit... Une sonnerie...? Une voix...

Mes nouveaux camarades étaient en train de hurler dans ma radio. Un espèce de gémissement s'échappa de ma bouche, ce qui eu l'avantage de faire rire mes compagnons.

Avant d'ouvrir les yeux je me rendis compte que l'air était un peu plus frais, ou plutôt un peu moins chaud. En effet, l'un des deux soleils s'était déjà couché. Cette planète est vraiment un enfer, deux heures avec le premier soleil, quatre heures sous les deux astres ardents, trois heures encore à souffrir sous la plus chaude des deux boules de feu et seulement un peut plus de quatre heures et demi de répit à environs vingt degrés.

Nous approchions enfin de la base et nous aurions préféré ne jamais y arriver. Un nuage de créatures volantes survolait le canyon où nous devions nous rendre. Les tires de spore des mutalisks formaient un nuage vert dans lequel se formaient des bulles de feu à chaque fois qu'un missile rencontrait une cible.

J'avais entendu dire que le camp du canyon était imprenable avec ses tourelles de missiles installées sur la falaise, mais les nuées des Zergs qui ne cessaient d'arriver allaient bien finir par achever les stocks de missiles.

L'idée de perdre une nouvelle base me rendait fou de rage, mais ce n'était pas avec mon fusil et les deux goliaths que nous allions changer la donne
La nuée se faisait de plus en plus dense. Les hordes de Zergs qui survolaient la base était d'une témérité impressionnante. Les cadavres hideux pleuvaient par centaine dans le canyon, les pertes ennemies étaient tel que l'on aurait pu croire que le gouffre allait finir par déborder.

Nous avions trouvé refuge derrière un rocher suffisamment massif pour camoufler le tank à la vu de nos adversaires. Nous avions tous décidé de ne pas intervenir dans la bataille, nous n'avion que trois véhicules et le terrain découvert nous aurait assuré une mort rapide.

Après plusieurs de combat acharné la nuée ne semblait pas faiblire. Pour chaque zerg qui entamait sa chute dans l'abîme, une nouvelle unité se levait pour prendre la relève. Depuis déjà plusieurs minutes des groupes de zergling avait commencé à se jeter dans le canyon. Mes camarades commençaient à se demander si les forces de la base n'allaient pas commencer à faiblir, pour moi c'était une certitude les tires provenant de la base se faisait de moins en moins nombreux et le nuage qui survolait la base s'épaississait de seconde en seconde.

Pour chacun d'entre nous cette bataille semblait perdu d'avance, personne n'aurait pu s'attendre à ce qu'il allait arriver. En un instant le ciel s'embrasa. D'immenses boules de plasma vinrent s'écraser sur la steppe aride. Les restes de la nuée réduite en cendre commençaient à pleuvoir sur nos têtes tendis que les colossaux cuirassés qui venaient de nous sauver apparaissaient à travers les nuages. Les terribles tirs de canon Yamato avaient parfaitement anéanti la monstrueuse menace qui planait au-dessus de nous.

Les quelques Zergs survivant étaient désormais pourchassés par les escadrons d'ombres arrivés en renfort. Tout Core Sara avait été envahie en quelques jours par les Protoss et le Zergs et ce canyon était la dernière base dont nous disposions. Le commandement ne voulant pas perdre la planète, une gigantesque flotte de vaisseau sous les ordres du général Duke avait été envoyée pour nous prêter main forte.

Je me retrouvais donc de nouveau seul à errer dans les rues de la base. Tous les marines de service étaient en train de nettoyer les cadavres qui s'entassaient dans tout le canyon tandis que les agents de maintenance s'affairaient à réparer les systèmes de défense de la ville. Moi et mes anciens camarades avions été mis au repos suite à notre éprouvant voyage dans le désert.

Cette situation me plaisait bien mais j'allais malheureusement devoirs repartir dans une semaine avec l'escadron Alpha de Duke pour prendre une fortification Protoss à l'autre bout de la planète.
Aucun commentaire - [Poster un commentaire]


Il n'y a pas de commentaire. Soyez le premier à commenter cette histoire !

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site StarCraft: Ghost : 1.900.712 visites.
© Copyright 1998-2020 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.