Fanfiction StarCraft: Ghost

Retour à la liste des Fanfiction

Au service de la Nuée

Par Le Corrompu
Les autres histoires de l'auteur

Chapitre 1 : Assassinat

Chapitre 2 : Fuite par les toits

Chapitre 3 : La bataille de la Nuée

Chapitre 4 : Prisonnière...

Chapitre 5 : Défaite collatérale

Chapitre 6 : Evasion

Chapitre 7 : Tests

Chapitre 8 : Fin des évaluations

Chapitre 9 : Epilogue

« Alors, vos flottes sont-elles prêtes ?

- Quand nous donnerons l'ordre, elles attaqueront la Nuée. Avec une telle attaque en différents points, elle ne pourra pas y survivre.

- Que ferons-nous par la suite ?

- Il nous faudra mettre au point l'attaque suivante, afin de renforcer la présence terrane sur le secteur de Koprulu.

- Qui est au courant de ce plan ?

- Nous trois, et personne d'autre. Normalement chacune de nos flottes attaqueront une planète différente, elles ne sauront jamais que nous nous sommes entendus.

- L'information n'a donc pas pu filtrer.

- Non, personne n'est au courant.

- Nous règnerons enfin, et quiconque s'opposera à nous, sera détruit !

- Hum, il vaudrait mieux éviter les félicitations prématurées. »

Absorbé par leur discussion, les trois hommes ne virent pas une ombre, enfin, quelque chose dans le genre, se faufiler près d'eux.


_______________



« Overmind, nos parasitages ont été fructueux, nous connaissons les plans de nos ennemis.

- Je sais, tu sais ce qu'il te reste à faire.

- Préparer la défense, afin de pouvoir les accueillir dignement. »

_______________



« Si mes renseignements sont exacts, ce devrait être ce bâtiment. »

La silhouette, bien que déjà peu visible, activât un camouflage, la rendant totalement invisible aux yeux humains.

La salle de la réunion se situait en hauteur, une dizaine d'étage plus haut, évidemment sans échelle d'accès et pas question de passer par l'intérieur du bâtiment, il était sûrement très gardé.

Ses yeux aiguisés virent que la fenêtre de la pièce où elle devait aller était ouverte, ou plutôt qu'elle n'existait plus. L'immeuble était vieux, il devait être détruit le lendemain, détruisant du même coup toutes les preuves de la réunion. Le plan de ses cibles était parfait, si personne n'avait été au courant.

Il était temps de se mettre en route. La créature courût vers un mur, sur lequel elle fit trois pas. Elle prit une impulsion sur ce mur, rebondissant vers celui d'en face. Une fois arrivée à destination, elle reprît une autre impulsion, se dirigeant vers le premier mur.

Elle continuât ainsi pendant les dix étages. Alors qu'elle allait traverser la fenêtre, elle s'accrochât en haut de celle-ci. Ainsi, elle fut projetée vers les poutres du plafond, où elle atterrit sans bruit.

« Ainsi, vous pensez que personne n'est au courant, c'est cela ? Donc personne ne sait que vous êtes là. Tant mieux, ma mission va en être facilitée.

- Qu'est-ce que, qui êtes vous ?

- Votre mort. »

La créature se laissât tomber entre les trois hommes, puis désactivât son camouflage.

« Une Ghost ! Non attendez, c'est...

- Une terrane infestée, en effet. Agente au service de l'Overmind.

- Gar... »

Son cri mourut dans sa gorge, transpercée par deux doigts. Avant que les deux autres n'eurent le temps de réagir, un coup de pieds avait brisé la nuque du second. Le dernier eut tout juste le temps d'appeler au secours avant de se faire propulser à travers la fenêtre, avec à la clé une chute de dix étages qui ne pardonne pas.

« Et ça voulait dominer l'univers ? Pitoyable. »

Des marines firent alors irruption dans la salle. Tout ce qu'ils virent fut deux cadavres, avec une forme vaguement humaine au milieu. Faisant preuve de plus de promptitude, et d'autant de subtilité, que la moyenne, ils se mirent à tirer sur l'intruse. Les balles fusèrent de leur fusil Gauss, se dirigeant vers la zerg, pour enfin s'écraser... sur un mur invisible.

L'infestée avait tendu la main, et les balles s'étaient arrêtées net, à quelques centimètres de celle-ci.

La riposte de ne se fit pas attendre, l'un des soldats s'écroulât, tué par un assaut psionique. Alors que les deux autres se remettaient à tirer, la zerg se mit à courir sur le mur, elle fit trois pas puis sautât vers les marines, en projetant un contre le mur, lui faisant lâcher son arme, et en enfonçant son poing dans la tête de l'autre.

Le survivant, privé de son arme de prédilection, sortît un pistolet léger, inefficace face à une armure de marine, mais d'une puissance acceptable contre quelqu'un n'en ayant pas. Alors que l'agente se précipitait vers lui pour l'achever, il tirât trois fois, à chaque fois, il fit mouche.

Malheureusement pour lui, il n'eut même pas le temps de s'étonner qu'il était déjà mort. En effet, les trois balles n'avaient même pas ralentis la Zerg ; en réalité, les balles ne semblaient pas la gener le moins du monde

Dans quelques heures, elle n'aurait plus aucune trace de la « bataille » qui venait de se dérouler.

Mais pour le moment, il lui fallait partir rejoindre son seigneur, sui la ramènerait sur une des planètes de la nuée.

Elle sortit par une trappe dans le plafond. S'échapper par les toits serait beaucoup plus discret.

Elle sautât, défonçant au passage la trappe, puis finit de se hisser sur le toit. Alors qu'elle se croyait tirée d'affaire, elle ressentît un choc dans la nuque.
Etrange, il était pourtant persuadé d'avoir assommé cette femme. Cependant, au moment de toucher le sol, elle avait disparu. Mais ce n'était pas possible, elle n'avait pas l'équipement des ghosts.

« Perdu dans ses pensées, Protoss ?
- Qui est mon adversaire ?
- Nausicaa, Agente de l'Overmind. »

Décidément, ce n'était pas son jour, il était tombé sur les pires ennemis des protoss, une zerg, terrane infestée de surcroît. De son côté, Nausicaa n'était pas moins énervée. Elle s'était fait avoir comme une débutante, heureusement qu'elle avait eu assez de réflexe pour disparaître et se déplacer. De plus, si combat il devait y avoir, il serait long, voir infini, car deux adversaires invisibles ne pouvaient que difficilement se frapper, et si le combat durait trop longtemps, elle ne pourrait maintenir son camouflage.

« Au fait, tu ne m'as pas dit ton nom, Protoss.
- Kel, Templier noir.
- Tu sais qu'un combat entre nous risque de durer longtemps ?
- Oui, mais je n'ai pas vraiment le temps, j'ai une mission à accomplir.
- C'est pour ça que tu as tué ces Terrans ?
- En effet, ils me barraient le passage.
- Je pense donc que j'ai accomplis ta mission leurs chefs sont morts.
- Ils sont donc sur leurs gardes, et ne vont pas tarder à venir. Il nous faut partir.
- Tu ne veux pas combattre ?
- Comme je te l'ai dis, je n'ai pas le temps. Adieu ! »

Le protoss partît par où il était venu. Bien qu'il soit invisible, Nausicaa pouvait sentir la puissance psi de Kel. Quelque chose attirât son attention, l'air semblait rempli de fumée sauf qu'il n'y avait pas de feu.

« Des ghosts, toujours ce camouflage si imparfait, ils ont pas avancé depuis mon temps. »

Une seule voie était libre désormais, celle du Protoss. Nausicaa se résolût le suivre, et le rattrapât.

« Tu cherches toujours à me combattre ?
- Non, mais les autres voies sont bloquées, et je commence à fatiguer.
- Une ombre ! »

En effet, une ombre venait d'apparaître et tirait sur les fugitifs.

« Comment ils arrivent à nous voir ?
- Des détecteurs de chaleur, moyen simple et efficace. »

Au cours d'un bond d'un immeuble à un autre, Nausicaa se retourna et lança une tempête psionique. Un éclair frappât le vaisseau qui s'écrasa au sol.

L'énergie psionique de Nausicaa commençait à s'épuiser, et un peu plus tard, elle redevint visible. Finalement, ce Protoss allait la tuer. Mais comme s'il devinait ses pensées, Kel lui répondit avant qu'elle n'ait pu parler.

« Je n'ai pas le temps, et j'ai d'autres choses plus importantes. »

La course continua. Après quelques minutes, ils arrivèrent à la périphérie de la ville, deux Goliaths et plusieurs marines attendaient patiemment, au sol gisaient les restes d'un seigneur zerg.

« Bon, je vais t'emmener dans ma navette.
- Pourquoi donc ? Tu pourrais aussi bien me laisser mourir ici.
- Je préfère que ce soit les Protoss qui t'étudient plutôt que ces Terrans.
- Logique, mais es-tu sur de pouvoir me maîtriser ?
- J'ai l'avantage d'être en permanence invisible, alors que toi non. De plus, je ne suis pas le seul dans ma navette. »

Finalement, ils s'arrêtèrent.

« Il n'y a rien ici, tu te moque de qui ?
- Patience, les protoss ont quelque peu fait évoluer leurs vaisseaux. »

Lentement, une navette se matérialisa. Elle flottait, ne laissant ainsi aucun indice de son existence.

« Ingénieux, c'est une information qui ravira l'Overmind.
- Je le pensais tué par Kerrigan et Zeratul.
- Même à eux deux, ils n'auraient pas la puissance nécessaire. Ils ont juste réussi à le bannir de son corps, et aujourd'hui il est revenu. Pour tout te dire, même Tassadar ne put le terrasser.
- Qu'est-ce que tu dis ? Pourtant, les zergs en ont beaucoup soufferts.
- En effet, mais c'était parce que c'était la première fois que cela se produisait. L'Overmind était juste incapable de nous parler, mais il vivait toujours, tout du moins son esprit.
- Passionnant, le conclave sera ravi de ma prise.
- Si tu arrives à m'attraper.
- Cela ne fait pas de doute. »

Ils entrèrent dans la navette, mais celle-ci était vide. Nausicaa eut tout juste le temps de voir Kel s'effondrer avant d'être à son tour assommée.
Orbite de Char

Char, planète mère de la nuée, conquise par le directoire, puis reconquise par Kerrigan, alors reine des Nuées. Planète entièrement peuplée de Zergs, à l'exception de quelques animaux qui avaient mine de rien leur utilité, car étant parasités. A quelque distance de ce monde volcanique venait d'apparaître une flotte, et non des moindres.


Passerelle du Serpent des mers

"Commandant, nous venons de sortir de l'hyperespace, et nous nous dirigeons vers Char.

- Merci capitaine, et le reste de la flotte ?

- Les trente Béhémoths sont prêts au combat, leurs Yamatos sont chargés et les appareils prêts à décoller."

Le commandant Hanson avait de la chance, on l'avait engagé en tant que commandant d'une des flottes les plus importantes de tout l'empire Terran et surtout, tous ses vaisseaux étaient flambant neuf et équipés des dernières technologies. Encore mieux, son vaisseau personnel était un cuirassé de classe Marina, vaisseau conçu entièrement pour combattre les Zergs.

Dans ce but, il privilégiait les armes avec une cadence de feu élevée et était équipé de têtes nucléaires à forte zone d'effet, d'ailleurs, les têtes nucléaires étaient également installées dans tous les Béhémoths.

Ailleurs, dans l'espace d'Aiur et de Tarsonis, la même scène se déroulait, trente Béhémoths menés par un Marina se préparaient à attaquer les planètes.

Trois Flotte pour trois planètes, les principales de la Nuée, si cette attaque généralisée réussissait, la Nuée ne pourrait sans doute pas s'en remettre, et disparaîtrait à jamais.


Sur la surface de la planète Char

Les nuées étaient en ébullition, mais non parce que la flotte qui venait d'apparaître n'avait rien d'amicale, et qu'elle avait une puissance suffisante pour raser toute la surface. Non, l'ébullition venait du fait que la Nuée elle avait aussi évoluée depuis les derniers affrontements avec les autres races du secteur, et que connaissant d'avance l'attaque ainsi que les forces qui la composaient, elle avait elle aussi préparé une surprise.


Passerelle du Serpents des mers

« Commandant ! Nous venons de recevoir un message, sa fréquence correspond à celle d'un cuirassé Béhémoth, mais il vient de la surface de la planète.

- Transmettez, je veux savoir de quoi il en retourne. Pendant ce temps continuez les préparatifs du combat et faite décoller la chasse.

- A vos ordres, je vous transmets la communication. »

« Ici Daggoth, Cerebrate de la nuée Thiamat faites demi-tour immédiatement ou vous serez anéantis. Ceci constitue le premier et dernier avertissement. »

« Continuez l'assaut, ils ne savent pas à qui ils ont affaire.

- Commandant, nous recevons de nouveaux échos radars, il s'agit d'un Béhémoth, mais il a l'air un peu plus grand.

- Taille exacte ?

- 800m, mais il est étrange, apparemment, c'est tout le vaisseau qui est vivant.

- Comment cela est-il possible ? Qu'importe, dès qu'il sera à portée, détruisez-le !

- A vos ordres.

- Commandant ! Des Zergs sortent de ses Hangars !

- Ils ont du infester un de nos cuirassés et réussir à les reproduire. Mais s'ils n'en ont qu'un, cela ne va pas suffire. Opérateur, ou en est le Yamato ?

- Nous avons une solution de tir, mais il faut que nous nous rapprochions.

- Compris, l'enregistrement est lancé ?

- Dès notre sortie de l'hyperespace.

- Bien ! »

Mais alors que le vaisseau Zerg était encore hors de portée des Yamato, il lança plusieurs éclairs qui allèrent s'abattre sur un Béhémoth. Celui-ci ne le supporta pas et explosa immédiatement.

« Commandant !

- J'ai vu ! On continue, sinon, c'est fichu !

- Il est à porté du Yamato !

- Feu !

-Commandant, nous détectons une fissure spatiale ! Un autre de ces vaisseaux en sort, et il est suivit par quelque chose de bien plus gros ! »

Sur Aiur et Tarsonis, c'était la même scène, un vaisseau était apparu et avait détruit un Béhémoth, puis une fissure spatiale s'était ouverte, et deux autres vaisseau en était sortit, sauf qu'ils n'était pas plus gros que celui déjà présent. De chaque vaisseau partaient des éclairs, détruisant trois béhémoths.

« Commandant, ils sont à portée !

- Détruisez le premier vaisseau, ensuite, les Béhémoths détruirons cet énorme qui vient d'arriver. Au fait, il fait quelle taille ?

- Six milles mètres de long monsieur.

- Bon, heu, ok, on aura besoin de toute notre puissance de feu.

- Yamato activé... Cible détruite monsieur. Apparemment, les Zergs qui sont sortit de ce vaisseau ont l'air d'être devenus fous.

- Dans quels cas ce genre de phénomène se passe ?

- Quand un Cerebrate est détruit monsieur.

- Exact apparemment, ces vaisseaux contiennent les Cerebrates, donc si nous les détruisons, ils n'auront plus de Cerebrate et la bataille sera gagnée.

- Mais alors, le vaisseau amiral contiendrait l'Overmind ?

- Mutalisks en approche. Ils veulent nous empêcher d'utiliser nos Yamatos !

- Bien, ils commencent à avoir peur eux aussi, lancez les têtes nucléaires. Deux par vaisseaux et fermez les volets. »

Depuis le bombardement de Korhal, les missiles interplanétaires avaient été bannis, mais face à la Nuée, il était devenu évident que les Terrans devaient utiliser toutes leurs armes, y compris les plus dévastatrices. Les missiles interplanétaires avaient donc été adaptés au combat spatial. Leurs portée avait été diminuée, mais leur vitesse augmentée, ce qui empêchait les Zergs de fuir.

L'explosion fut violente. Cinquante-quatre missiles nucléaires avaient explosés à quelques distances des Zergs. Même à travers les volets, l'équipage des Béhémoths fut éblouit, et la salle fut éclairée comme en pleins jour, alors que seuls quelques voyant était allumés.

« Les Zergs ont été détruits commandant, à première vue, il n'en reste quasiment rien, si ce n'est les cuirassés.

- Bien, concentrez la puissance de feux sur le vaisseau amiral.

Les Yamatos sont chargée, prêt à tirer. »

A nouveau, des éclairs partirent du vaisseau Amiral, et frappa les Béhémoths juste sur leur Yamato les empêchant de l'utiliser.

« Commandant ?

- On est largement en surnombre, alors on va improviser. Utilisez les armements conventionnels, que la chasse commence à attaquer.

- Commandant, de nouveaux Zergs sortent des vaisseaux !

- Quoi ? Comment peuvent-ils en stocker autant ?

- Et s'ils ne les stockaient pas mais qu'ils les produisaient au fur et à mesure ?

- Ca expliquerait bien. Bon, rectification, envoyez la chasse sur les petits Zergs, veillez à ce qu'aucune masse ne nous atteigne. Combat spatial à l'ancienne.

- Compris. »

Sur Aiur et Tarsonis, la bataille se déroulait de la même façon. Les deux vaisseaux Zergs restant se préparaient à combattre la flotte Terran.
Nausicaa commençait tout juste à reprendre ses esprits. Tout ce dont elle se souvenait était d'être rentrée sans méfiance dans le vaisseau Protoss, et d'avoir été assommée, juste après le protoss.

Elle examina sa cellule, apparemment, elle n'était pas Protoss, c'était déjà ça. Elle avait des murs en néo acier, avec une grande baie vitrée qui servait de porte. En règle générale, la vitre était blindée, Sans doute pour éviter que les spécimens ne s'échappent. Une cellule terrane, voilà ce que c'était, une cellule d'un laboratoire. Cela faisait longtemps qu'elle n'en avait pas vu, depuis sa renaissance en réalité, une époque bien lointaine.

"Hé bien, vous vous êtes réveillée ? Ce n'est pas si mal. Pourrions-nous savoir votre nom ?
-Nausicaa, et quel est celui de mon hôte ? Et où se situe se charmant endroit ?
-On m'appelle le "Docteur", c'est tout ce que vous aurez besoin de savoir.
-Et pour le lieu ?
-Nous sommes dans un complexe souterrain, coupé du reste du monde et vivant en parfaite autarcie. Sachez qu'ici, vous ne pourrez contacter votre Reine, ou devrais-je dire l'Overmind peut-être, des disrupteurs psi à faible portée sont logés dans la roche, ici, personne ne vous entendra crier.
-Oui, mais personne ne vous entendra quand je vous égorgerais alors.
-J'ai bien peur de ne pas craindre ce genre de menace, vous ne passerez pas la vitre.
-Vous croyez qu'une vitre, même blindée, va m'arrêter ?
-Essayez toujours"

Activant sa vitesse psionique, Nausicaa se jeta sur le "Docteur" et lui assena un coup de poing. Elle entendit des os craquer... ses os.
Se retenant de crier, elle s'aperçu que la vitre était protégée par un bouclier déflecteur, c'était ça qui l'avait stoppé.

"Bien, si vous êtes calmée, laissez-moi vous dire une dernière chose. Ne tentez pas d'utiliser vos pouvoirs psi à mon encontre ou à celle de mes collègues. Nous sommes protégés face à ce genre d'attaque.
J'espère que votre main va bien guérir, ce serait dommage qu'elle soit cassée.
-Ne vous inquiétez pas, je suis solide. Mais dites-moi, que me voulez-vous ?
-Simple, vos formidables capacités physiques vous venant de votre infestation. Vous représentez plusieurs siècles si ce n'est plus d'évolution de la race humaine, l'empire, et Mengsk, seront ravis de pouvoir en bénéficier.
-Et mes capacités psi ne vous intéressent pas ? Je dois admettre être déconcertée."

Le "Docteur" eut un rire bref avant de répondre.

"Bien sur que vos capacités psi nous intéressent, mais nous avons vos amis protoss sous la main, ils seront sans doute plus instructif que vous de ce point de vue. Encore que votre capacité à garder un contact permanent avec le reste de la Nuée n'est pas sans intérêt. Mais nous avons mieux à faire pour le moment. Si vous survivez, peut-être que nous pourrons parler de cela.
-Si je survis ? Que comptez vous donc me faire ?
-Pour l'instant, mesurer, voir quelles sont vos capacités exactes.
-En clair ?
-Tester vos résistances."

Le "Docteur" s'en alla, suivit par des gardes restés hors du champs de vision de la Zerg, elle ne savait pas pourquoi, mais ils la mettait mal à l'aise, elle n'aimait pas du tout le fait d'être capturée, a moins que ce soit la manière.
Elle s'était faites avoir comme une débutante ! Se faire avoir d'un simple coup dans la nuque sans se méfier de quoi que ce soit, c'était vraiment le comble !
De toute manière, maintenant qu'elle était là, autant trouver un moyen de partir. Nausicaa s'assit en tailleur, tentant d'ignorer la douleur qui lui venait de son poignet. Elle tenta de se détendre, respirant profondément.
Des humains normaux n'aurait qu'une femme tentant de se détendre en effectuant une sorte de Yoga, par contre, les psionistes auraient vu autre chose. Ils auraient vu une personne absente, ayant quitté son corps momentanément, et surtout, une grande puissance psionique.

En effet, l'esprit de Nausicaa dérivait au gré de son psionisme, lui permettant de se déplacer en esprit, visitant chaque recoin du bâtiment. Etrangement, elle ne pouvait aller dans certaines salles, son psionisme étant bloqué d'une manière quelconque. Elle repéra les Protoss, enfermés séparément, mais tous, enfin autant qu'elle pu en juger, ne connaissant pas leur nombre exact, dans le même coin, ce qui faciliterais bien des choses.
Apparemment, le "Docteur" était en train de leur parler à eux aussi, les gardes un peu en retrait, hors de la vue des prisonniers. Elle eu un frisson glacé, les gardes n'étaient pas humains, c'étaient de vulgaires mécaniques !

"Je ne savais pas que les zergs pratiquaient la méditation."

Entendant cette phrase, l'esprit de Nausicaa se dépêcha de revenir dans son corps afin de pouvoir mener une conversation normale.

"Je dois être la seule à pratiquer cette discipline de toute la Nuée."

Elle avait répondu d'une voix ensommeillée, bien trop à son goût.

"Au fait, elle ne pu réprimer un bâillement, puis-je savoir qui vous êtes ?
-Je suis l'assistant du "Docteur", celui qui va s'occuper de vous pendant qu'il étudie votre dossier militaire.
-Un dossier sur une zerg ? C'est trop d'honneur, vraiment...
-Je parlais de vos états de service en tant que Ghost Terrane, bien évidemment. Nous en profiterons d'ailleurs pour le compléter avec votre infestation et vos nouvelles capacités. Qui sait, peut-être voudrez vous travailler pour nous ?
-Et trahir la Nuée ? Jamais !
-Il ne faut jamais dire jamais. Nous saurons vous convaincre. Et même si nous ne le pouvons pas, nous saurons tout sur vous.
Bon, suivez-moi.
-Et si je refuse ?
-Je dirais que c'est prévisible, et vous emmènerais de force. Des lances fléchettes soporifiques sont cachés dans les murs, je pense pas que vous pourrez y résister."

Bien que l'infestée n'ai fait aucun geste de défense, les fléchettes furent quand même tirées. Les robots l'emmenèrent alors dans la salle d'étude.

Lorsqu'elle revint dans sa cellule, Nausicaa avait le corps en feu. Tous ses os avaient été broyés. Sa peau passée au feu. De simples mesures, tu parles ! Ils la torturaient, oui !

Finalement, le "Docteur" vint, il n'avait pas assisté à la séance.

"J'espère que vous êtes encore en vie.
-Pourquoi m'avoir fait cela ?
-Je vous l'ai dit, nous mesurons, et en ce moment même, les mesures continuent. Nous regardons combien de temps il vous faut pour vous régénérer entièrement.
-Des monstres, c'est tout ce que vous êtes.
-Sans doutes, mais les zergs sont sans doute pire, ce n'est qu'un juste retour des choses. Enfin, je ne suis pas là pour ça, j'ai étudié votre dossier de Ghost. Assez impressionnant je dois dire, l'Overmind doit vraiment être fier de vous.
-L'un de vos Ghosts nous suivaient ?
-C'est exact, nous nous sommes finalement améliorés en matière de camouflage, n'est-ce pas ?
-Je reconnais, je reconnais, mais vu votre niveau de départ, ce n'était pas bien dur.
-L'ironie est tout ce qui reste quand l'espoir n'est plus.
Je pense que je vais vous souhaiter une bonne nuit, enfin si les zergs dorment."

---Ailleurs, dans le complexe---

"J'ai lu son dossier, il pourrait y avoir un problème.
-Je sais, c'est pourquoi elle ne devra jamais le voir, compris ?
-Bien."
- Quels idiots, ils pensent pouvoir nous vaincre avec cette flotte ? Ils deviennent bien prétentieux depuis quelques temps. Donnons leur une leçon. Zasz, Origin, Araq, Gorn, Nargil, vous savez ce que vous devez faire, alors faîtes le !

- Bien, ce sera une grande victoire pour la nuée.

_______________


A bord des Vaisseaux Terrans...

- Capitaines, des seigneurs se dirigent vers nous, ils sont couverts par la chasse zerg.

- Lancez les têtes nucléaires et dites à la chasse de se replier.

Aussitôt, les têtes nucléaires partirent des vaisseaux, mais ce stratagème qui avait marché une fois ne bénéficiait plus de l'effet de surprise, et les Cerebrates avaient appris de la première attaque.

Ils lancèrent leurs masses vers les missiles Terrans, espérant les détruire avant qu'elles ne les touchent, eux ou leurs seigneurs. La manoeuvre réussit en partir, la plupart des têtes ayant été détruites, emportant au passage quelques chasseurs et zergs retardataires. Cependant, les têtes qui réussirent à passer firent des ravages, détruisant soit des centaine ou des milliers de zergs, soit touchant les vaisseaux lourds, qui, s'ils ne furent pas détruits, furent contraint de se retirer afin de ne pas êtres achevés par les prochains tirs, de touts les vaisseaux zergs engagés au départ, seul restait en état de combattre le plus grand d'entre tous. Mais il ne pourrait pas tenir longtemps face à la puissante flotte Terran.

La première vague de seigneurs fut presque réduites à néant par les missiles, et achevée par la chasse. Mais pendant que la chasse attaquait les transporteurs zergs, les zergs, eux, attaquaient la chasse qui n'était pas renouvelable.

Alors qu'une seconde vague de seigneurs faisait son apparition, les dégâts occasionnés par les mutalisks devenaient trop importants pour que les Terrans les ignorent. Les walkyries ayant été les premières cibles, leur nombre était maintenant trop réduits pour avoir un quelconque effet sur la bataille, du moins, pas à court terme.

Ce fut donc sans résistance sérieuse que les seigneurs passèrent les chasseurs Terran, mais lorsqu'ils arrivèrent devant les Béhémoths Terrans, ce fut une toute autre histoire.

Peut-être par désoeuvrement, ou parce qu'ils se doutaient de quelque chose, les artilleurs des vaisseaux firent feux de toutes leurs pièces sur les zergs. Les lourdes, trop peu précises et à cadence bien trop faible, ne firent que peu de dégâts. Quand aux légères, rapides et précises, elles furent la cible des gardiens, qui avaient profités de la pagaille ambiante pour se mettre à portée des vaisseaux lourds. Ils effectuèrent des frappes précises, mettant hors services les armes légères et tuant du même coup leurs artilleurs.

Finalement, les seigneurs arrivèrent devant les hangars des béhémoths. Ceux-ci étaient vides, puisque la chasse avait décollée, mais les portes étaient fermées. Les Cerebrates ayant prévus cela, ils avaient "caché" une masse dans chaque seigneur, qui allèrent immédiatement s'écraser sur les portes de hangars. Celles-ci ne purent supporter une telle puissance et furent détruites, ouvrant une voie royale pour les seigneurs. Ceux-ci s'empressèrent de décharger leurs troupes, composé en majorité de Zergling, bien plus à l'aise que les autres zergs dans les étroits couloirs des vaisseaux spatiaux.

Le peu de marines qu'il y avait à l'intérieur de ces vaisseaux n'avaient eut que peu de temps pour s'organiser, et ne purent opposer qu'un résistance de forme face à la marée zerg. Mais le pire restait à venir, car si les Zergling éliminaient la résistance, la plupart des systèmes vitaux du vaisseau étaient intacts protégés par de lourdes portes blindées. Ce fut donc à des Terrans infestés de se suicider afin d'e faire céder portes et autres systèmes. Se concentrant soit sur les centrales énergétiques, soit sur la passerelle, ils mirent hors d'état de nuire bon nombre de navires.

_______________


Passerelle du serpent des mers...

- Commandant !

- Oui, je sais ! Pouvons nous résister à cette attaque ?

- Non, même en fuyant, ils nous rattraperons.

- Combien de temps nous reste-t-il ?

- Pas plus de cinq minutes.

- Bon, si je meurt, ce ne sera pas seul. Dérivez l'énergie des armes vers les boucliers, que les systèmes non indispensables soient éteints, pleins régimes sur les moteurs ! Tout droit vers ce vaisseau. Et préparez les têtes nucléaires. Prévenez les autres béhémoths de notre manoeuvre.

- Vous voulez tous nous tuer ? Vous êtes fou !

- Non, réaliste, on va tous y passer de toute manière, alors autant faire en sorte que l'on se souvienne de nous ! Exécution !

- Commandant, les autres béhémoths nous disent qu'ils vont tenter de nous protéger pendant notre approche !

- Dites leur merci, et qu'on se reverra en enfer, ou à tout autre endroit de l'au delà... si tenté qu'il en existe un.

Alors que bon nombre de béhémoths explosaient du aux sabotages zergs, d'autres vaisseau qui allaient bientôt subir le même sort s'autodétruisirent en activant les dernières têtes nucléaires, anéantissant par la même occasion toutes vie aux alentour, zerg y compris. Certains autres s'élancèrent aussi en direction du vaisseau géant, espérant faire diversion ou peut-être même le détruire en le percutant.

Malgré toute sa puissance, et du aux dégâts encaissés lors d'un assaut précédent, le vaisseau visé ne pu stopper les Terrans, et se fit percuter de plein fouet par le Marina et ses têtes nucléaire. L'explosion qui s'ensuivit détruisit les rares protagonistes encore en vie, laissant l'espace remplis de débris.

Les Terrans étaient morts en ayant la certitude du devoir accomplis, les Cerebrates et l'Overmind détruit.

La bataille avait été rude, et aucun des deux partis n'avait réellement été vainqueur. Dans chacune des trois batailles, les vaisseaux contenant les Cerebrates avaient été détruits, et celui contenant l'Overmind anéantit. Les nuées étaient totalement désorganisées, tout justes bonnes à recevoir le coup de grâce, un coup qui ne viendrait pas. En effet, de la flotte Terran, il ne restait rien, détruite lors de la bataille de la nuée. Quand aux protoss, il tentaient tant bien que mal de reconstruire leur civilisation et n'étaient pas une réelle menace.

Nausicaa, isolée du reste de la Nuée, ne sut rien de la mort de ses maîtres, pourtant, elle ressentit un grand vide...
Continuant de dériver sur les courants psioniques, Nausicaa explorait par esprit le centre où elle était détenue, tentant d'apprendre chaque détail, chaque recoin de ce bâtiment qu'elle voulait quitter à tout prix.

Elle connaissait par coeur les rondes des androïdes servant de gardes, et elle avait aussi observé que les seuls êtres vivants qui semblaient être ici étaient le docteur et son assistant.

Bien sur, elle n'était pas totalement remise de sa "séance de test", mais ces quelques jours lui avaient permis de bien récupérer, et il lui fallait s'enfuir avant qu'ils ne décident de recommencer leur fameux tests. Il y avait un seul problème, et de taille. Comment faire pour s'enfuir de la cellule ?

Elle ne pouvait pas espérer briser la vitre, le bouclier déflecteur était trop puissant, et une attaque psionique était hors de question, elle pourrait en avoir besoin plus tard. Il ne lui restait qu'une seule solution, attendre, et espérer qu'ils n'utiliseraient pas leurs fléchettes paralysantes.

Sentant ses geôliers s'approcher, elle réintégra vite son corps, et la douleur lancinante de celui-ci. C'était encore une fois "l'assistant" qui venait la chercher, le "docteur" était sans doute trop occupé à surveiller les protoss.


"Alors, comment allez-vous aujourd'hui ? Mieux j'espère.

- On peut dire ça comme ça, mais je m'ennuie, il me faudrait un peu... d'exercice corporel. Et je dois avouer que cette cellule est tout sauf adaptée aux exercices que je fait habituellement.

- Je comprends que vous ayez envie de faire du sport, et je pense que je pourrai vous arranger cela. Evidemment, vous comprendrez que nous ne pourrons vous laisser seule.

- Je vois, donnant-donnant, je peux me détendre un peu, mais vous récoltez des informations supplémentaires...

- Que nous aurions de toute manière, nous ne faisons... qu'accélérer les choses. Alors ?

- Marché conclu, cependant, promettez moi de ne plus jamais m'envoyer ces aiguilles, j'ai l'impression de ressembler à une pelote d'épingle quand je me réveille.

- C'était prévu, nous voulions juste vous enlever l'idée de fuite."

Quand l'assistant désactiva le champ de force, les androïdes de mirent immédiatement en position de tir, prêt à tirer au commandement de l'humain, ou au moindre geste suspect de la part de la zerg.

"Votre dernière heure est arrivée, dit l'infestée alors qu'elle se trouvait entre les gardes, vous avez été vraiment stupides de me croire"

A ces mots, Nausicaa lança son pied vers la gorge de l'assistant, et manqua de la lui écraser. Puis, disparaissant, elle transperça la verrière d'un des androïdes, pulvérisant du même coup ses capteurs visuels. Les autres androïdes, réagirent juste après en tirant sur l'infestée, alors qu'elle s'était déjà éloignés d'eux par un saut périlleux par dessus ses assaillants. elle fit une série d'acrobatie en s'éloignant de ses ennemis et en annulant son camouflage qui était apparemment inutile, avant de disparaître derrière un angle. Etrangement, aucune alarme ne s'alluma, rien qui ne permettait de penser qu'un des cobayes s'était échappé.

Nausicaa se dirigeât ensuite vers les cellules des protoss, à plusieurs, ils auraient plus de chance de s'en sortir. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle avait l'impression de s'être tapé le pied quelque part, mais la seule chose que son pied avait touché, c'était la gorge de l'assistant, et elle avait été presque broyée.

Courant dans les couloirs, Nausicaa remarqua quelque chose d'étrange. Bien qu'elle ait visité ces couloirs en esprit, elle s'étonnait de ne pas voir les installations dont les Terrans étaient friands, à savoir les défenses automatiques qui auraient du être prêtes à sortir et à tirer sur tout ce qui bouge. Elle ne s'en plaignait pas, loin de là, cela ne faisait que rendre plus facile le trajet.


---Ailleurs, dans le complexe---

"Elle s'est échappé.

- Oui, je sais, je la suis en ce moment même sur les écrans, elle est tombée dans le panneau.

- L'expérience est intéressante ?

- Hm, pas mal, elle se dirige dans le couloirs comme si elle les connaissait par coeur.

- Une sorte de sixième sens ?

- Possible oui, a moins que ce ne soit autre chose. Regardez, elle a trouvé les protoss du premier coup, et s'arrête juste avant les gardes mécanisés.

- Pas mal en effet, mais voyons comment elle va s'en débarrasser."


---Aire de détention des protoss---

Il lui avait suffit de jeter un seul coup d'oeil pour que les robots lui tirent dessus. Juste quelques secondes pour qu'ils la repèrent, comme s'ils savaient qu'elle allait venir.

Elle comprit pourquoi l'alarme n'avait pas été sonné, les protoss devaient ignorer le plus possible le fait qu'il y ait quelqu'un qui soit sortit de sa cellule.

Kel entendit les coups de feu des gardes qui leurs étaient assignés, et, à travers le Khala, il sentit l'interrogation de ses semblables. Quelque chose n'allait pas, ils pouvaient voir les gardes tirer, mais pas la cible. Cependant, ils ressentaient une présence psi, une présence que Kel connaissait.

A travers le Khala, il ordonna au templier de lancer une tempête psionique sur les humains. Des éclairs partirent des murs ou du plafond, et allèrent frapper les androïdes qui virent leurs circuits griller et qui tombèrent au sol, inertes.

"Merci messieurs, j'imagine que c'est à vous que je dois cette intervention ?

- Tout le mérite en revient à Tenarsis, c'est lui le templier.

- Ne me remerciez pas et contentez vous de nous faire sortir de là.

- J'en avais bien l'intention, vous n'avez pas d'idée sur la manière de s'y prendre. Attendez, j'ai trouvé, c'est une simple commande à bouton, rien de bien compliqué, laissez-moi un petit instant."

L'instant en question plus tard, les champs de forces étaient désactivé, et les vitres volèrent en éclat sous les coups de ceux qu'elle étaient sensées retenir.

"Je vous présente Rassidan et Khyar, ce sont deux disciples.

- Bon, résumons, nous avons un templier noir, un templier tout courts, deux disciples et moi-même, c'est bien cela ? Ca risque d'être dur de s'en sortir sans accros.

- Nous avons entendu parler d'un Terran qui serait retenu ici, ils l'appelaient, "fouineur".

- Hum, il pourrait peut-être nous en dire plus sur cet endroit, même si j'en doute.

- Quoi qu'il en soit, nous devons l'aider, il pourrait nous aider, il a bien du venir ici par ses propres moyens.

- Soit."

Après quelques explications au sujet des gardes mécanisés, le groupe de cinq repartit, non sans que Nausicaa ait récupéré les fusils des Androïdes.


---Salle de contrôle du complexe---

"Pas mauvais du tout, c'est impressionnant de vois que ces êtres peuvent s'allier au besoin.

- Vous ne devriez pas être étonné, après tout, ils l'ont bien fait contre le directoire.

- C'est vrai, c'est vrai, et Kerrigan les a trahis, voyons si "Nausicaa" en fera de même."

Lorsque l'autre parla, son interlocuteur pu entendre de la crainte dans sa voix.

"Ils se dirigent vers la cellule où est enfermé le "Fouineur".

- Calmez-vous, ils n'ont aucune raison de savoir qu'il est là, de plus, ils commencent à hésiter.

- Peut-être, mais vous oubliez cette infestée.

- C'est un paramètre à prendre en compte, mais cela ne fera que renforcer l'intérêt de cette expérience, vous ne trouvez pas ?

- C'est pourtant vous qui avez dit qu'ils ne devaient pas se voir.

- Tant qu'on pouvait l'éviter, oui, mais maintenant, cela n'a plus d'importance, ils mourront ensemble.


---Couloirs du complexe---

Le groupe avançait de manière plus lente, incertaine. Nausicaa avait dépassé les limites de ce qu'elle avait visité en esprit, et utiliser le radar psi maintenant aurait prit trop de temps. Elle se retourna, ayant entendu un bruit. Les Protoss lui demandèrent ce qui se passait quand le bruit se réitéra, plus fort qu'avant.

Quelqu'un était dans la salle voisine, salle naturellement fermé, mais par une porte normale cette fois-ci. En tout cas, une porte incapable de résister au fusil empaleur, l'arme réglementaire des marines Terran, tirant 30 fléchettes de 8mm par secondes à une vitesse supersonique. Avertissant celui qui était dans la cellule, Nausicaa détruisit la serrure de la porte avec une rafale bien placée

Elle entra la première, vérifiant s'il n'y avait pas de danger. La salle ressemblait tout à fait à une prison confédéré, juste le minimum vital, encore qu'il y eu un petit luxe. Un émetteur-récepteur holographique, un équipement qui ne se trouvait pas de partout, et surtout, pas à des sommes pour de petites bourses.

La seconde chose qu'elle remarqua fut un Terran, elle pouvait sentir l'odeur de peur, sa peur qu'il essayait vainement de cacher sous une posture digne. Lorsqu'elle le reconnut, Nausicaa fut frappé de mutisme, surprise de voir cet homme qu'elle avait connu autrefois dans cet endroit. Lui ne la reconnut pas, ils s'était connu avant sa renaissance et elle était désormais trop changée pour qu'il puisse la reconnaître.

Tenarsis l'interpella

"Zerg ! Qu'avez vous trouvé ?

- Une belle prise mes amis, un amiral Terran.

- Je croyais que c'était les Terrans qui étaient responsables de tout ça.

- Vous êtes fous, répondit le principal intéressé, ce ne sont pas les Terrans qui ont fait de ce complexe ce qu'il est, en tout cas, pas les miens.

- Silence, humain. Le templier avait des yeux flamboyants, montrant sa colère envers ceux qui l'avaient capturés. Vous ne parlerez que lorsque nous vous adresserons la parole, et d'abord, dîtes-nous qui vous êtes.

- Je me nomme Valnar. Je suis un Amiral Terran. Et je dois dire que je suis bien content que vous soyez venu me chercher.

- Qu'est-c...

- Assez Tenarsis, je lui fait confiance, et si vous voulez tout savoir, il s'occupe, non plutôt s'occupais apparemment, des projets secrets de l'empire. Puis, répondant aux regards interrogatifs des autres, elle ajouta : Nous avons des dossiers complets à la Nuée sur les personnalités Terrans, la plupart des informations proviennent des archives des ghosts.

- Valnar, connaissez-vous cet endroit ?

- Evidemment, ce sont mes hommes qui l'ont conçus, et je vérifie tout ce que font mes hommes.

- Peux-tu nous conduire à l'armurerie ? Ou à la sortie ?

- Aux deux sans doute, suivez moi.

- Non, reste derrière et contente-toi de nous indiquer la direction.

- Bon, comme le voudra madame."


---Dans le centre de contrôle---

"Ils l'ont trouvé.

- C'est là que ça va devenir intéressant, nous allons pouvoir tester nos prototypes.

- Vous êtes sur ?

- S'il réussissent, alors nous serons prêt à lancer la véritable offensives bientôt, s'ils échouent, nous avons encore du travail, et plusieurs choses pour arrêter les fugitifs.

- Quand les lâcheront nous ?

- Bien assez tôt, je ne veux pas un effet de surprise, je veux juste que les uns prennent conscience de leur proche fin, et que les autres savourent cet instant.

- Bien, je les prépare. C'est presque si je plaignais nos cobayes.

- Tâchez de ne montrer aucune pitié.

- Evidemment."


---Devant l'armurerie---

Evidemment, ça avait été trop simple d'atteindre l'armurerie, il fallait bien qu'il y ait un os quelque part. Et cet os se matérialisait sous la forme de cinq gardes automatisés qui arrosaient le couloir. Khyar avait été blessé à l'épaule en se mettant à couvert, une simple éraflure qui lui avait arraché plusieurs centimètres de peau.

Les gardes obstruaient tout le couloir, immobiles, attendant que quelqu'un sorte de sa cachette pour le transformer en passoire. Il était impossible de faire quoi que ce soit, même pour Nausicaa ou Kel, les robots étant équipés de détecteurs de chaleurs.

Nausicaa sortit le bout du canon de son Gauss, et tira dans le couloir. Celui -ci étant plein de gardes, elle était sur de faire mouche. Mais là ou elle aurait du entendre les armures tomber, elle n'entendait que les impacts des balles sur les armures, même après avoir vidé les deux armes.

"Rien à faire, il sont trop solides. Vous avez sortis de nouvelles armures de combats ?

- Des prototypes capables de résister à nos armes de série. Normalement, dans l'armurerie se trouvent des armes capables de percer leurs défenses.

- On se demande pourquoi ils ont sortit leurs nouveaux joujoux maintenant. Bon, Tenarsis, vous savez faire des illusions ?

- Pour qui me prenez vous, je suis un templier, pas un...

- Vous savez en faire ? Oui ? Alors faites le plus de doubles de moi que vous pouvez.

- Bon."

Après une brève concentration du templier, quatre répliques exactes de Nausicaa apparurent, prêtes à faire diversion. Les quatre Nausicaa s'élancèrent immédiatement vers les gardes. Profitant de la Diversion, la véritable Nausicaa lança une tempête psionique, détruisant à la fois les robots et les répliques.


---Centre de contrôle---

"Ils ont atteints l'armurerie.

- Oui, nous saurons si nous avions vraiment terminé ou si nous n'avions qu'une illusion de perfection. Continuez les préparatifs, et les pièges, au cas ou ils s'en sortiraient."


---Armurerie---

La pièce n'était pas la plus grande qu'il ait été donné de voir à Nausicaa, mais au moins, li y avait un peu d'armement lourd. Valnar était manifestement à l'aise au milieu des joujoux que lui et ses hommes avaient crées.

"Fusil "Déchiqueteur" : Il partage certaines de caractéristiques de l'empaleur, comme la cadence de feu, mais la ressemblance s'arrête là. Il tire des balles de dix millimètres de diamètres auto propulsées et explosives. Leur vitesse à la sortie de l'arme est de 700 m/s, soit Mach 2, et leur vitesse maximum est de Mach 2.5. Il est également équipé d'un lance plasma qui envoie des petites boules d'énergies pure de plusieurs millions de degrés à une vitesse approchant la lumière, le seul défaut est que l'arme chauffe très vite sous se mode, donc à utiliser avec modération.

- Cadence ?

- Si vous tirez une fois toutes les dix minutes sans que ça vous explose dans les mains, vous pouvez vous considérer comme chanceuse.

- Les lances grenades sont donc toujours d'actualité.

- En effet... L'enthousiasme de l'amiral retomba un peu. Vous me rappelez quelqu'un, enfin passons. Une minute après le tir, il est possible d'utiliser des grenades à fragmentation, mais là encore, c'est un peu risqué, bien que le risque diminue avec le temps.

- Hum, Amiral Valnar ?

- Oui ? Kel, c'est ça ?

- C'est exact. Comment vos armes peuvent-elles supporter une telle chaleur ?

- Sans rentrer dans les détails, que je ne connais d'ailleurs pas, je vous dirais que c'est une sorte de bouclier déflecteur qui protège le canon.

- D'accord, merci de votre explication.

- Bon, je vous explique l'armure de bataille ? Mais je doute que cela ne vos intéresse.

- Pas vraiment, en tout cas, moins que les armements. Mais dis moi, pourquoi je trouve des épées dans les armureries Terrans ? Il me semblait que c'était une époque révolue ?

- Pas depuis qu'on a trouvé le moyen de les rendre plus tranchante et solide que n'importe quoi. Appuyez sur le bouton, vous verrez.

- Joli, fit la voie quelque peu surprises de la zerg, mais a part ça ?

- Ce champs que vous voyez est en réalité un faisceau d'onde de découpe ultra puissante mais à dispersion toute aussi rapide, c'est à dire que la portée est très faible, voir même nulle, mais ça vous découpe une défense d'ultrali... Avisant le regard noir de Nausicaa. Ca vous découpe le blindage d'un Béhémoth comme ça découpe le beurre. Mais la encore il y a un défaut, c'est que ça bouffe énormément de batterie, donc je vous conseillerais de l'éteindre. L'autre bouton permet de faire apparaître un bouclier déflecteur juste au dessus de la lame afin de parer les attaques énergétiques telles que les lames psioniques.

- Toujours utile."

Pendant ce temps, les protoss, peu intéressé par des armes humaines, avaient explorés un peu plus en profondeur l'armurerie, enfin, juste le temps de tomber sur des technologies dont ils étaient plus familiers.

"Humain, vous faisiez aussi de la recherche sur l'armement protoss ?

- Non, en tout cas, ce n'était pas mon service qui s'en occupait. Vous avez trouvé quoi ?

- Des lames psioniques, mais à côtés des lames sont montés deux cristaux Khaydarins. Ce ne sont pas les armes habituelles de nos guerriers.

- Prenez-les quand même, vous en découvrirez sans doute l'utilité en cours d'utilisation."

Un peu plus tard, tout le groupe fut équipé des nouvelles armes.

Nausicaa avait pris deux Déchiqueteurs et avait accroché deux pistolet "Mutilateurs", version miniature du déchiqueteur, à ses jambes, au cas où.

Valnar quand a lui s'était équipé d'une des dernières armures de combat, qui avait des lance-flammes intégrés sous les avants bras, et des lames de combat au dessus, en plus d'une résistance accrue et d'une force démultipliée.

Quand aux protoss, les disciples avaient trouvés quatre lames psi, ainsi que de quoi soigner Khyar, et Kel une lame noire qui présentait les mêmes cristaux que les lames psioniques de disciples. Seul le templier b'avait rien prit, si ce n'était qu'une petite amulette Khaydarin. Ils avaient également trouvés de petits générateurs de boucliers psioniques pour leur protection.

Ainsi équipé, le groupe comptait bien au moins partir de cet endroit, voir même le nettoyer intégralement de ses occupants actuels, et surtout, du "docteur" et de son "assistant".


---Centre de contrôle---

"Nos gardes sont postés et prêt à les cueillir dès leur sortie.

- Bien, qu'ils fassent feu au moindre mouvement, ils ne DOIVENT pas s'échapper."
---Couloir menant à l'armurerie---

Suivant les instructions des seuls êtres vivants du personnel de la base, les gardes automatiques avaient braqué leurs armes sur l'unique porte de sortie de l'armurerie. Malheureusement pour eux, ils ignoraient complètement le sens du mot "discrétion", si bien que leur arrivée bruyante fut immédiatement entendue par les évadés.

A l'intérieur de la pièce, la résistance s'organisait. Si les machines avaient reçu l'ordre de les tuer immédiatement, ils ne seraient sans doute plus de ce monde, la porte n'aurait pas tenus face à un assaut prolongé. Néanmoins, ils pouvaient attaquer à n'importe quel moment, si bien qu'il fallait se dépêcher.

"Nausicaa, les gardes nous tuerons si nous sortons.

- Nausicaa ? Mais qu'est-ce que... Manifestement, Valnar était trop abasourdi pour continuer sa phrase, néanmoins il réussit à poser une question. Pouvez-vous m'expliquer ?

- Plus tard. Elle paraissait gênée... Pour le moment, nous devons nous débarrasser de ces androïdes.

Combien de déchiqueteurs aviez-vous en réserve ?

- Nous en avions fait une dizaine, donc moins ceux que nous avons pris, il en reste six.

- Bon, les plasmas peuvent traverser la porte ? Sans perdre de leur puissance ?

- Aucun problème. Si je comprends bien, ça va chauffer dehors.

- En effet."

Les deux dernières phrases avaient été dites sur un air presque complice mettant légèrement mal à l'aise, si c'était possible, les Protoss.

Nausicaa se mit en position de tir, visant la porte, ou plutôt, ce qu'il y avait derrière. Tirant de ses deux armes, elle envoya deux boules de plasmas à plusieurs millions de degrés. Celles-ci traversèrent la porte, formant deux trous de plusieurs centimètres de diamètre dans celle-ci, avant de venir s'écraser sur les robots. Aussitôt qu'elle eut tiré, Nausicaa lâcha les armes brûlantes et s'écarta de la porte. A raison, car un peu plus tard ce furent des centaines d'impacts qui ornaient le sol et le mur en face de la porte, sans compter que celle-ci n'était plus qu'un gruyère.

Suivant leur programmation, le reste des machines, six en tout, fonça à l'intérieur de la pièce. Lorsqu'ils y entrèrent, ils furent accueillis par un déluge de flamme, en faisant fondre un sans qu'il puisse faire quoique ce soit. Un autre fut littéralement coupé en deux dans le sens de la hauteur par charcuteuse, tandis que les Disciples en combattaient un, leurs lames psioniques entaillant de plus en plus la solide armure. Quand à Kel, son invisibilité ne lui donnait pas l'avantage espéré et il devait lutter pour survivre face à des adversaires plus rapides qu'à première vue. Tenarsis ne pouvait l'aider, étant un templier, le combat direct n'était pas sa spécialité et il tentait tant bien que mal de déclancher de petites tempêtes psioniques sans toucher ses frères.

Un autre robot fut déchiqueté par les tirs de Valnar. Quand au sixième, il allait tirer sur la Zerg, quand il reçu plusieurs tirs d'armes à photon d'un disciple qui tendait une de ses lames vers lui. Après une courte concentration de celui-ci, le robot fut littéralement désintégré par un tir plus puissant que les autres.

Quelques instant plus tard, la bataille était terminée. Les défenseurs s'en sortaient plutôt pas mal, quelques égratignures mineures et autant de bleus. Rien de bien grave.

De plus, ils avaient compris à quoi servaient les cristaux des lames psioniques et par extension de la lame noire de Kel.

Une fois les stocks d'armes et de munitions refait, le groupe s'engagea dans les couloirs, bien déterminé à sortir de ce maudit laboratoire.


---Centre de contrôle---

"Il se dirigent droit vers la sortie.

- Normal, le fouineur a fait les plans de cet endroit, sauf qu'il ne sait pas que nous les avons... améliorés. Ils sont prêts ?

- Entièrement, ils sont même impatients."


---Couloirs de l'installation---

Le groupe marchait au pas, appréhendant chaque intersection. Valnar les guidait à travers ce dédale, tout en expliquant avec Nausicaa aux Protoss d'où ils se connaissaient.

"Comme vous le savez, j'étais un des amiraux de l'empire Terran. Celui dont la principale activité était la recherche et le développement. Mais j'avais aussi un droit de regard sur l'utilisation qu'on faisait de ces technologies.

En fait, l'empire Terran est extrêmement corrompu par divers groupes, connus ou inconnus. Certaines personnes, dont je fais partie, ont donc décidés de créer une sorte de "cercle de confiance" qui permettrais de lutter contre ce fléau. Mon post à la R/D me permettaient d'avoir de nombreux contacts et d'infiltrer aisément mes agents.

- Son action commençait à gêner sérieusement ces groupes, si bien que le cercle de confiance assigna un Ghost à la protection de Valnar. J'étais ce Ghost. En réalité, Nausicaa et Valnar n'étaient que des noms de codes, mais avec le temps, les codes sont devenus habitudes.

- Et avec le temps, nous cous sommes rapprochés plus que nos emplois respectifs ne le permettaient. Mais cela n'a que peu d'importance par rapport à ce qui suit.

- Un jour, la planète où nous étions fut attaquée par les zergs, et Valnar devait évacuer immédiatement afin de pouvoir rejoindre une planète sécurisée.

-Malheureusement, les zergs étaient trop rapides, et alors que nous nous préparions à fuir, nous fûmes séparés...

- Et je fus capturée.

- Je la pensais morte, et peu après cela, je fus capturé à mon tour, non pas par les zergs, mais par les divers cartels que je pourchassais. Et je fus interné ici.

Naturellement, cet enchaînement d'évènement m'a conduit à penser que les zergs contrôlaient ces cartels, et je fus conforté dans mon idée par les geôliers.

- Lors de ma renaissance, l'Overmind m'expliqua ce qui serait mon but dorénavant. Il était déjà au courant de l'action des cartels et savait qu'ils étaient très puissants et dangereux, bien plus que l'empire même. Il voulait que je lutte contre ces cartels en assassinant leurs chefs.

- C'est pour cela que vous avez assassiné ces trois Terrans ?

- Oui, surtout qu'ils comptaient attaquer la Nu... Elle marqua une pause, indécise. Ils l'ont fait ces salauds, ils l'ont attaqué, et ont réussis au moins en partie.

- Comment pouvez-vous le savoir ? Si vous étiez reliée au reste de l'Essaim, ils vous auraient déjà sauvé, non ?

- Ils ont installé des disrupteurs psi qui brouillent le lien psionique zerg. Mais il ne fait que le brouiller, et si jamais de grand évènement psioniques se déroulent, ils peuvent passer le brouillage. Or, il y a peu de temps, j'ai ressentit l'énergie psi caractéristique de ces évènements.

- La Nuée a donc subit une défaite ?

- Une défaites, certes, mais la Nuée est immortelle, et elle reviendra encore, toujours plus puissante ! Les derniers mots avaient presque été criés.

- On se calme ici, nous arrivons à la sortie."

Ils passèrent une dernière porte, avant de se retrouver dans une grande salle presque vide, à l'exception de quelques caisses empilées, et complètement noire. La seule lumière venait de la porte qu'ils venaient de franchir, et celle-ci commençait à se fermer...
S'étant trop avancé dans la salle, personne ne pu atteindre la porte à temps, et ils se retrouvèrent bientôt totalement dans le noir, ne voyant plus rien. Jusqu'a ce que Valnar allume les lampes de son armure et de ses fusils, bientôt imité par Nausicaa.

"La suite du programme ?

- On passe cette grille et on traverse le couloir. C'est par là qu'est livré le matériel. Au bout, on devrait trouver un véhicule qui nous permettra de sortir, et à partir de la, on devra improviser ou se séparer.

- Bon, où sont les commandes ?

- Normalement, à côté de la grille, mais il n'y a rien."

Après quelques recherches, ils trouvèrent les commandes en face de la grille, ce qui les intrigua plutôt, car c'était tout sauf leur emplacement habituel.

Néanmoins, ils activèrent la commande, espérant que cela ne déclancherais rien de fâcheux. Ils se trompaient.

Une EMP éclata dans la pièce, grillant les lampes et replongeant dans le noir les fugitifs. Seul les cristaux Khaydarins des Protoss luisaient faiblement, montrant qu'eux au moins étaient toujours en état de marche.

Ils entendirent un bruit. Comme si une porte depuis longtemps oubliée et rouillée s'ouvrait à nouveau. Les lumières surmontant la grille étaient allumées et attestaient du fonctionnement et de l'ouverture de celle-ci.

La voie était dégagée, mais le groupe avait un très mauvais pressentiment, comme si tout cela n'était qu'un piège gigantesque...


---Salle de contrôle---

"Il sont exactement là où il faut. Commençons le test."

A ces mots, l'individu appuya sur un bouton, et observa avec délectation ses écrans.


---Dépôt---

Rien ne se passait, tout était calme et silencieux comme dans une tombe...

Le groupe décida finalement d'avancer, ils ne tenaient pas particulièrement à rester ici. Mais rapidement, ils ralentirent le pas. Les psionistes ressentirent une présence... puissante. Valnar ralentit aussi, devant les attendre et ayant un sentiment d'oppression. Quelque chose clochait, la salle était trop calme. Finalement, ils les virent.

Tout d'abords, rien ne sembla s'opposer à leur passage, mais alors qu'ils avaient parcouru la moitié de la distance, ils virent des lumières jaunes en face d'eux. Des yeux jaunes. Ils s'arrêtèrent aussitôt. Huit paires d'yeux leur faisaient face. Les yeux avancèrent un peu, puis s'arrêtèrent. Les fugitifs sortirent leur armes et mirent en joue leur opposants. En face, des lueurs bleutées apparurent, autant de lueur que d'yeux, puis grandirent vers le bas. Elles avaient la forme de griffes, en plus épais, en plus beau, et surtout, en bien plus dangereux. Les griffes et les yeux s'avancèrent encore. Puis les lumières de la salle s'allumèrent à pleines puissances, éblouissant tout le monde.

Les créatures avaient la peau, ou plutôt la carapace, marron. Deux lames psioniques leur faisaient office de griffe. En pleine lumière, les yeux étaient blancs. Ils avaient un visage ressemblant à celui des Protoss, mais de chaque côté de la tête on pouvait voir la mâchoire inférieure d'un Hydralisk ou d'un Zergling. De la tête descendaient deux appendices, un de chaque côté. La créature se déplaçait sur six pattes, reliées par une longue queue probablement terminée par un dard. C'était huit créatures comme celle-ci, qui plus est probablement douées de pouvoirs psioniques, qu'ils allaient devoir combattre pour passer.


---Centre de contrôle---

"Regardez ça, ils ont peur de nos guerriers. Toujours avoir la peur de son côté, c'est cela qui les perdra. Ordonnez l'attaque !

- Il en était grand temps."


---Dépôt---

Ce fut le groupe de Nausicaa qui ouvrit en premier les hostilités. Les 4 déchiqueteurs lâchèrent plus d'une centaine de balle à la seconde, tandis que Tenarsis lançait des tempêtes psioniques et que les autres protoss tiraient avec leurs nouveaux équipements.

Les premiers tirs furent absorbés par de puissants boucliers psioniques, mais avant d'arriver au corps à corps, l'une des créatures fut tuée. Arrivées à une faible distance, les créatures lancèrent un choc psi dans le but de déstabiliser leurs adversaires. Si l'attaque réussit plutôt bien contre Valnar et les disciples, elle eut moins d'impacts sur Nausicaa, Kel et Tenarsis.

Tenarsis, presque incapable de se battre avec des armes matérielles créa des illusions de ses disciples, et les contrôla afin de divertir ses ennemis. Deux seulement accrochèrent à l'appât et pourchassèrent les illusions.

Nausicaa avait laissé tomber les déchiqueteurs afin de pouvoir utiliser pleinement charcuteuse, ce qui n'était pas du luxe face à ses trois adversaires. Il lui fallait utiliser toutes ses connaissances et ses ressources psioniques afin de ne pas succomber à ses adversaires.
Quand à Kel, deux ennemis lui suffisaient largement et malgré sa bien meilleure agilité, il avait bien du mal à ne pas se faire tuer, et remercia plusieurs fois son bouclier psionique.

Effectuant un bond pour atteindre les caisses les plus en hauteur, Nausicaa sortit ses deux mutilateurs et tira sur l'adversaire le plus proche. Les premiers tirs s'écrasèrent sur le bouclier psionique, mais il faiblissait. Ses deux autres adversaires l'avaient abandonnée pour se jeter sur Valnar, toujours sous l'effet du choc psi. Elle rangea ses armes, reprit charcuteuse et sauta au sol.

Elle esquiva les griffes de la créature, les trancha puis décapita son ennemi, le bouclier psi ayant été affaibli, il ne pu encaisser le choc. Ensuite, elle lança son épée sur l'une des créatures qui se jetait sur Valnar et la transperça, la tuant sur le coup. Enfin, elle utilisa ses propres pouvoirs psi afin d'attaquer à distance le dernier de ses adversaires. Plusieurs éclairs psi frappèrent leur cible, mais il y en eut qui frappèrent également le Terran. Protégé en partie par son armure, il ne subit pas trop de blessures mais fut au contraire remis d'aplomb.

La première chose qu'il vit était la créature un peu devant lui, trop proche même pour utiliser les déchiqueteurs. Passant au lance flamme, il brûla son ennemi jusqu'a ce qu'il n'en reste qu'un tas de cendre au sol.

Kel combattait tant bien que mal ses adversaires, mais il n'était pas templier noir pour rien, et tôt ou tard, il les vaincrait. Alors que les illusions de Tenarsis s'estompaient, il profita d'une inattention de son adversaire pour lui couper une griffe tandis qu'il s'éloignait. A ce moment là, une puissante tempête psionique s'abattit sur ses adversaires les carbonisant.

Quand aux deux disciples, ils sortirent de l'état dans lequel ils étaient en même temps que les illusions s'estompaient et se jetèrent sur les dernières créatures. Un peu plus tard, il ne restait plus d'elles que des morceau de chair sanguinolent.

La bataille était finie, mais de nombreuses questions étaient en suspens. Quelles étaient les créatures qu'ils avaient combattus, dans quel but avaient-elles été créées ?

Autant de questions qui resteraient sans doute sans réponse, mais de toute manière, leu décision était prise. Sitôt dehors, ils détruiraient ce laboratoire, et le plus tôt serait le mieux.

Le groupe s'engouffra dans l'imposant passage, et derrière eux la grille se referma.


---Centre de contrôle---

"Ils les ont vaincus.

- Oui, manifestement, nous avons encore des améliorations à apporter. Encore que leur "prix" ne soit pas très élevé, et ils ne forment que la base.

- C'est exact. Et pour les fugitifs ?

- Ils ne doivent pas sortir de ce centre, et n'en sortirons pas."


---Passage vers l'extérieur---

Ils courraient déjà depuis de longues minutes sans pour autant être sortit de cet endroit. A croire que ce couloir n'avait pas de fin. Pourtant, ils devait bien en avoir une, et peu importe si elle ne menait pas vers l'extérieur, ce laboratoire devait bien avoir une entrée et une sortie, sinon, qui les avait emmenés ici ?

Soudain, Valnar s'arrêta et leur fit signe de faire de même.

"Nous tournons en rond, l'ordinateur de l'armure est formel sur ce point. Selon lui, nous venons d'effectuer un tour complet. La courbure est si faible que nous ne pouvons la percevoir, mais elle est bien réelle.

- Nous venons d'effectuer un tour complet ? Tu es sûr ?

- Affirmatif, l'entrée devrait être juste derrière nous.

- Le secteur est entièrement sous l'influence de brouilleurs psi, il m'est impossible d'utiliser le radar psi. Sa voix était neutre, mais on pouvait malgré tout percevoir son désarroi.

- De toute manière, il n'y a qu'une seule solution afin de vérifier ce que vous dîtes Humain, et nous devons nous reposer."

Tenarsis plaqua sa main contre le mur et le longea tout en gardant la main plaquée. Soudain, sa main s'enfonça littéralement dans le mur. Le groupe le suivit, et ils débouchèrent bien sur le dépôt qu'ils avaient quitté un peu auparavant. Ils recommencèrent le chemin, cette fois-ci en rasant les murs, quand ils trouvèrent enfin la sortie...

Le nouveau couloir était bien éclairé, presque accueillant, cependant, il y avait toujours la même sensation d'être observé en permanence, et cela ne plaisait à personne.


---Centre de contrôle---

Celui qui surveillait le test était enragé. Malgré tous les pièges, les fugitifs avaient atteint la sortie et ils menaçaient de s'enfuir pour de bon cette fois-ci ! C'était à peine s'il arrivait à se retenir de crier.

"Allez les arrêter vous-même, et tuez-les.

- Bien maître. Si tel est votre désir."


---Sas de sortie---

Le groupe était enfin parvenu à la sortie, ils étaient soulagés. Enfin, leur cauchemar prenait fin. Malgré le fait qu'ils soient sous terre, on pouvait percevoir la lumière du soleil qui éclairait la grotte entière.

Libres, ils étaient libres...

Ils franchirent les portes, ne se doutant pas que le pire restait sans doute à venir...
---Sortie du bâtiment---

Ils étaient sortit, enfin sortit de ce bâtiment maudit, une fois dehors, ils pourraient contacter la Nuée qui s'empresserait de détruire ce bâtiment, non sans avoir récupéré les informations utiles, ça, Nausicaa en était sûre.

Mais alors qu'elle franchissait la porte, tout devint noir, et elle se mit à flotter... dans le vide. Elle ne voyait rien, non pas qu'elle soit aveugle, mais il n'y avait rien à voir, comme si ce n'était le vide absolu, que nulle lumière ne pouvait éclairer, le noir complet. Elle tenta de se retourner, afin de s'assurer que le laboratoire était toujours là, mais il n'y avait plus rien non plus. Elle cria, mais aucun son ne sortit de sa bouche. Elle ne savait pas où elle était. En fait, elle n'était même plus sûre d'exister. Etait-ce cela, la mort ? Elle aurait préférée ne pas le savoir...

Valnar sortit du Bâtiment, il respira un grand coup. C'était la première fois depuis... depuis combien de temps au fait ? Il avait passé tellement de temps là dedans qu'il en avait perdu toute notion. Il allait poser la question à Nausicaa quand il la vit affolée. Elle semblait avoir perdu tout repère. Elle avait la pupille presque entièrement rétractée, tournant la tête spasmodiquement, sans rien regarder. Lorsqu'il regarda les protoss, il vit qu'ils n'étaient pas en meilleur état. Eux aussi semblaient perdus, désemparés.

Valnar les appela sans trop élever le ton, mais ils n'y prêtèrent pas attention. Ils secoua les autres, mais sans plus de succès.

Puis Nausicaa cria, un cri si perçant que s'il n'avait pas eu son armure qui l'amortit, il en aurait été quitte pour avoir mal aux oreilles pendant un sacré bout de temps.

Quelque chose bougea. Il ne savait pas quoi, mais le moniteur de son armure était formel, quelque chose avait bougé. Il lui fallait prendre vite une décision, sinon, il allait y rester.

Il y eu un reflet. Regardant au plafond, Valnar lança un scan. Il y avait quelque chose là-haut, mais il ne savait pas quoi.

Lorsque les résultats tombèrent, la surprise les accompagnait. La roche était inconnue de la base de donnée de l'armure, de plus, les dégagements d'énergies étaient forts, bien trop pour une roche normale. Enfin, dans la roché était présents des cristaux Khaydarin, et autour de ceux-ci, l'énergie était bien plus intense.

Il ne lui fallu pas bien longtemps pour comprendre qu'ils servaient à quelque chose. Il canarda le plafond. Au début, c'étaient de petites pierres qui tombaient, mais rapidement, la situation fut hors de contrôle, et ce furent de gros blocs qui tombèrent.

Valnar rentra dans le bâtiment, emmenant Nausicaa avec lui. Les protoss serait protégés par leur bouclier, enfin, il l'espérait.

Quelques secondes plus tard, l'éboulement était terminé. Il n'avait pas été bien fort, mais suffisant pour recouvrir le sol d'une couche de pierre.
Les protoss étaient toujours là, reprenant lentement leurs esprits. Quand à Nausicaa, elle s'éveilla en battant l'air devant elle de ses mains griffues. Elle était toujours terrifiée, mais ces traits se recomposaient lentement.

Ce fut elle qui ressortit la première... pour être aussitôt plaquée contre le mur du laboratoire par Tenarsis qui la tenait par le coup. Aussitôt, ses bras furent immobilisés par Rassidan et Khyar. Alors que Valnar allait les arrêter, il fut stoppé par Kel, qui lui montra le pourquoi du comment.

A quelques dizaines de mètres de là se tenait une colonie zerg en pleine activité. Mais le plus étonnant, c'était qu'elle ne semblait pas 'occuper des intrus.

« Qu'es... qu'est-ce que cela signifie.

- C'est pourtant évident, humain, ce sont les zergs qui depuis le début nous manipulent ! « La voix du templier était remplis de fureur, et de dédain pour son interlocuteur. » Elle nous ment depuis le début, elle est là pour nous espionner.

- C'EST FAUX ! Vous ne savez rien, ce ne sont pas des zergs obéissant à l'Overmind, ils ne font pas partit de la Nuée. »

Alors que Tenarsis allait broyer le cou de Nausicaa, il sentit à côté de sa tête le canon d'un fusil déchiqueteur.

« Kel, prouvez votre fidélité envers notre race et tuez cet humain ! C'est notre ennemi !

- Non Tenarsis, ce n'est pas notre ennemi, il semblait abattu, voir même désespéré, regardez par vous même. »

En effet, à côté de la colonie Zerg se tenait un camp Protoss qui ne présentait pas moins d'activité que son homologue. Immédiatement, Tenarsis ordonna à ses disciples de relâcher Nausicaa.

« Ulrezaj...

- Kel ? » Fit Nausicaa en se massant le cou. « Je ne me souviens pas vous avoir entendu parler avec tant de haine. Pardonnez ma question, mais qui est Ulrezaj ?

- Un traître. C'est un templier noir, comme moi, cependant, il n'a pas pardonné aux templiers de nous avoir traqué. Alors que le directoire détruisait l'empire Terran, il fusionna avec ceux qui le suivaient afin de devenir un archon noir. Puis il a prit le contrôle d'une partie des nuées Zerg et a attaqué Shakuras espérant que les templiers noirs se réfugieraient dans les caves secrète, laissant mourir les protoss venant d'Aiur. Il a échoué, mais en a réchappé et veut toujours se venger...

- Génial, on a donc un Protoss fou sur les bras, comme si les normaux ne suffisaient pas.

- ... » La déclaration fut suivie d'un silence, brisé quelques instant plus tard par Valnar.

« Ouais, bon, et cette nuée, elle vient d'où ?

- Elle n'est pas sous le contrôle de l'Overmind, donc n'y a pas trente-six milles solutions, soit ils l'ont crée à partir de rien, soit c'est une de Kerrigan. »

« En effet, c'est une nuée de Kerrigan » dit une voix qui semblait sortir de nulle part et de partout à la fois. « Tout du moins, elle l'était avant, maintenant, elle nous appartient, et c'est par ma volonté que vous n'avez, pour le moment, pas été attaqués.

- Qui êtes vous ? où plutôt, qu'êtes vous me semble plus important.

- Vous me connaissez, tout du moins de vue. Mais vous ne me connaissez pas réellement. Vous savez quelle est mon apparence, mais vous ne savez pas à quoi je ressemble. Vous connaissez mes objectifs, mais non mon but. vous ne savez pas ou je suis, mais je vais vous le dire.
Je suis juste devant vous. »

Le noir. La poussière. Un mouvement. Une silhouette. Tout d'abords indistincte, mais au fur et à mesure de son avancée, elle prenait forme, de plus en plus précise.

« L'assistant ? » Fit une voix surprise.

« En chair et en os. Présent pour vous empêcher de partir. Au fait, Nausicaa, j'imagine que votre pied s'est remit de son choc.

- Que voulez vous dire ? Je vous ai broyé la gorge !

- Erreur du à la faiblesse de votre espèce. Vous avez cru que vous m'aviez broyé la gorge. En réalité, vous avez heurté un bouclier portatif et quelques illusions ont finis le travail.

Comme vous vous en doutez, ce laboratoire recherche aussi bien dans le domaine de la génétique que dans l'holographie. Le faux mur et le dispositif à la sortie du laboratoire en font partit. Le premier était un simple hologramme un peu plus évolué que la normale, mais le second... Celui-ci est une véritable révolution. Au lieu de projeter des images sur un support, il les projette directement dans votre esprit via les ondes psi. Je pense que les psionistes du groupe ont appréciés. »

Il laissa un blanc, se délectant des réactions de chacun, laissant la peur qu'il avait provoqué faire le travail. Lorsque Kel parla, ce fut d'une voix hachée.

« Qu'est-ce... Qu'est-ce que vous êtes ?
- La future race régnante.

- Vous ne pourrez jamais régner. Les races de ce secteur s'opposeront à cela, comme elles l'ont fait pour le directoire.

- Qui s'opposera à nous ? Les zergs ? Ils sont au seuil de la destruction depuis que nous avons lancé notre attaque. Ils ne tiendront pas longtemps.

Les protoss ? Repliés sur Shakuras, il nous suffira de presque rien pour les anéantir définitivement. Quand aux Terrans, leur pitoyable flotte a été détruite lors de son assaut contre les zergs.

Qui donc pourrait s'opposer à nous ?

- Nous sommes toujours vivant il me semble, tout n'est donc pas perdu.

- Parfait, je n'en attendais pas moins de vous, Nausicaa. Je suis ravi de votre combativité. Mais cela ne vous suffira pas. »

Il se mit en garde, et ses adversaires firent de même. Mais ce qu'ils ne purent faire, c'est changer de forme. L'assistant changeait. Là ou se tenait un frêle humain, scientifique qui plus est, était désormais une créature à mi chemin entre en zerg, un humain, et un protoss. Il avait certes une forme humanoïde, ses muscles semblaient recouverts d'une épaisse carapace, tandis que le reste semblait recouvert d'écailles.

Sur chacun de ses poignets s'activèrent deux lames psioniques, à première vue, ça n'allait pas être un adversaire aisé à vaincre.

Nausicaa et Valnar ouvrirent le feu simultanément, les quatre déchiqueteurs lançaient plus de cents balles par secondes, mais elles restaient sans effet et s'écrasaient inutilement sur un bouclier portable. Sans doute encore une des inventions de ce laboratoire.

Alors que les armes venaient juste de se taire, Nausicaa avait dégainée Charcuteuse et attaquait sans relâche un adversaire qui parait ses coups avec une facilité apparente déconcertante. Même en faisant usage de la vitesse psi, elle n'arrivais pas à le toucher, il était bien trop agile, bien trop rapide. Quand aux autres, ils attendaient le moment propice pour frapper, mais le combat allait si vite... Ils avaient peur de frapper Nausicaa, ou tout du moins de la déconcentrer. Ils ne pouvaient donc qu'attendre, prêts à tout.

Au fil du combat, Nausicaa commençaient à épuiser son énergie, si bien que d'une position d'attaque, elle passait progressivement à une position de défense, et commençait à reculer. Puisant dans ses réserves, elle esquiva une attaque un peu trop brutale et dans le même mouvement tourna sur elle même afin de frapper la tête. L'épée décrivit un parfait arc de cercle, et alors qu'elle s'approchait dangereusement de ce qui semblait être le coup de a créature, elle fut stoppée par une lame psionique, sortant du coude de l'assistant et prolongeant l'avant bras. Le coup qu'elle reçut par la suite l'envoya à plusieurs mètres, assommée.

Ce fut au tour des disciples de se jeter sur la créature, pendant leur charge, celle-ci activa sa deuxième lame de coude, et attendit.

Même pour lui, combattre deux ennemis n'était pas de tout repos, et du user de tout son savoir et de ses capacités afin de ne pas se faire toucher par les lames psioniques des disciples. Voyant qu'il ne servait à rien, Valnar s'approcha de Nausicaa et tenta de la ranimer.

Kel observait le combat avec intérêt, mais il avait quelque chose de plus important à faire. Il se dirigea avec toute la furtivité que son entraînement de templier noir le lui permettait vers les bâtiments Protoss, tentant de trouver Ulrezaj... et le tuer une fois que ce serait fait. Il se dirigea vers le Nexus, si Ulrezaj était présent, il serait presque à coup sûr dans ce bâtiment.

Traverser le camp ne fut pas aussi difficile qu'il l'aurait pensé à première vue. L'activité n'était en fait qu'au périmètre de la base. A l'intérieur, il n'y avait rien. Aucun garde ni même dispositif de sécurité. S'il n'avait pas vu l'extérieure, il aurait juré qu'elle était abandonnée.

Il entra dans le Nexus. Il était vide, parfaitement normal, mais vide. Il avait parcouru ce genre de bâtiment tellement de fois qu'il aurait pu s'y déplacer les yeux fermés. Il s'en abstint toutefois, ne sachant quelle menace pouvait cacher ce vide. Il emprunta immédiatement le grand couloir en face de lui, il menait à la salle principale, qui servait aussi bien de centre d'opération que de tribunal ou toute autre utilisation qui pouvait être nécessaire, elle était en général appelé salle du conseil, car c'est le plus souvent lui qui y siégeait.

Une fois arrivée dans la salle, il reçut un choc bien qu'il s'y soit plus ou moins attendu. Elle était plongée dans le noir, entièrement vide, encore que... Il capta un mouvement furtif du coin de l'oeil. Ce ne furent que des ombres au début, mais progressivement, les mouvements se firent plus visibles, moins discrets à mesure qu'ils se rapprochaient. Ils étaient quatre, des templiers noirs eux aussi. Ils allumèrent leurs lames noires, en réalité verte la parole était exclut ici. Dans l'obscurité de la salle du conseil, le combat n'allait pas être des plus aisés, mais il lui faudrait malgré tout se défendre.

Il alluma sa propre lame...

De leur côté, les disciples se débrouillaient plutôt bien. Ils avaient réussis à frapper plusieurs fois leur adversaire, même si son bouclier l'avait protégé. Les Protoss eux aussi avaient eu à subir plusieurs frappes directes, annulées par leur bouclier psioniques. Tenarsis évitait de trop se mêler du combat, en tant que templier, il n'avait aucune arme lui permettant de se défendre d'attaque au corps à corps. Néanmoins, il invoqua plusieurs illusions de ses disciples afin de semer le doute dans l'esprit de son adversaire, ce qu'il réussit. La créature fut bientôt submergée par les attaques, factices ou non, et en laissait passer de plus en plus. Bientôt, elle succomberait.

Dans la salle du conseil, Kel regardait les corps des templiers noirs, surprit d'être encore en vie. Il avait engagé le combat, mais alors qu'il commençait à peine à attaquer, ses adversaires étaient redevenus visibles, avant de mourir pour une cause inconnue.
Au fond de la salle il y avait une porte. Il ne les avait jamais franchies, et très peu pouvaient le faire. Personne ne savait ce qu'il y avait à l'intérieur, et ceux qui y rentraient n'en parlaient jamais.

La porte s'ouvrit d'elle-même, massive, majestueuse même, elle n'en était pas moins silencieuse, et s'ouvrait à une vitesse rapide au regard de sa taille. Kel pouvait sentir la puissance d'Ulrezaj, il se cachait sans doute dans cette salle.

En effet, il était bien là, mais là ou un Puissant archon noir aurait du se tenir, il n'y avait que son enveloppe charnelle. La boule rouge représentant la puissance psionique de l'archon n'était pas. Et surtout, il était attaché à un appareil. Kel devina qu'il servait à drainer l'énergie du prisonnier, mais l'utilisation de cette énergie, il n'en avait aucune idée.

La voix, faible, de l'archon résonna comme s'il avait crié, malgré qu'il eut a peine chuchoté.

« Qui... êtes-vous ? Je sais... que vous êtes un templier noir... mais pas un pantin à leur service.

- Je me nomme Kel, et je viens vous tuer.

- Alors faites-le... et délivrez moi... de cet enfer.

- Mais avant, il faut que vous m'expliquiez ce qui se passe.

- Soit...

Vous savez ce que j'ai fait aux protoss... alors je vais vous raconter... ce qui s'est passé après... J'étais fou de rage... mais je devais me cacher... Puis un homme est venu me voir... Il avait réussit à entrer... dans ma base sans se faire reperer... Il me proposait de m'aider... afin de tuer tous les templiers... Pour cela... je devais prendre le contrôle... d'une des nuées de Kerrigan.... Il disait qu'elle avait été vaincu par... l'Overmind, mais qu'un de ses Cerebrates... continuait le combat...

- C'est la nuée qui est à côté de votre camp ?

- Exact... J'en ai donc pris le contrôle... Ensuite nous sommes venus ici afin de nous cacher...

- Et où sommes nous ?

- A l'extérieur... du secteur Koprulu. Sur une planète aujourd'hui oubliée...

- Il y a de quoi partir ?

- Peut-être... je ne sais pas. Mais laissez-moi finir.

Lorsque nous sommes arrivé... je me suis posé des questions... et ai insisté pour que nous... attaquions tout de suite.... Shakuras et que nous tuions... les templiers... Ils m'ont dit que cela arriverait... en temps voulu... Puis j'ai commencé à m'impatienter... chaque jour, ils me prenaient des protoss et des zergs... et jamais ils ne revenaient... Finalement, j'ai décidé de partir... ce qui ne leur a pas plu.... Ils sont venus me voir... et à seulement eux deux... ils m'ont mis là ou vous me voyez... Ils drainent mon énergie... pour contrôler protoss et zergs... Voilà pourquoi vous devez me tuer...

- Soit, mais avant, dites-moi qui sont ces deux qui vous ont vaincu.

- Deux humains... enfin, ils se font passer pour... Mais je ne sais pas ce qu'ils sont en vérité... Si vous es croisez... tuez-les sans sommation... ou ce seront eux qui vous tueront...

- Ce sont les seuls humains d'ici ?

- Oui...

- Bien, alors que la sentence du nouveau conclave protoss s'exécute.

- Attendez... Détachez-moi, et offrez moi... une mort de guerrier...

- Soit. »

Kel détruisit la machine, et libéra Ulrezaj. Celui-ci récupéra un peu de son aura rougeoyante, puis se prépara à déchaîner ce qu'il lui restait d'énergie. Mais Kel fut plus rapide, et lui transperça son frêle corps.

Juste avant de mourir, Ulrezaj dit une dernière parole « En taro... Adun »

En taro Adun, en l'honneur d'Adun. Par cette phrase, aujourd'hui presque banale, devenu le salut protoss presque comme le « bonjour » humain, Ulrezaj signifiait que malgré ses crimes, il restait fidèle à sa race. Et que, même s'il n'avait pardonné aux templiers, il reconnaissait Adun, un templier, comme un véritable héros.

Lorsque Kel ressortit du Nexus, il vit les protoss du camp totalement désorienté. Voyant qu'ils se rapprochaient de lui, Kel se prépara à fuir. Mais il sentit par le Khala qu'ils ne lui voulaient aucun mal. Ce fut un autre templier noir qui lui parla.

« Ulrezaj, dans son dernier souffle, nous a libéré et nous a ordonné de vous aider. Vous l'avez arraché à sa prison, et pour cela, nous vous en seront éternellement reconnaissant.

- Merci à vous. Il nous faut... Il fut interrompu par un garde.

- Mes frères, les zergs attaquent !

- Très bien. Kel, fuyez avec les vôtres, nous retiendrons les zergs. En taro Tassadar !

- En taro Tassadar. »

Ulrezaj avait demandé sa libération afin de les aider. Il s'était sacrifié pour son peuple, et recevrait par conséquent le pardon de celui-ci, si ce n'en n'était les louanges.

« En taro Adun Ulrezaj... mon frère » répondit Kel. Par ces simples mots, il pardonnait et remerciait celui qu'auparavant il traquait. Sans doute que si les protoss avaient été capable de pleurer, Kel l'aurait fait.

Lorsqu'il rejoignit ses amis, il vit que son absence n'avait pas énormément manqué. Le combat continuait toujours. Le bouclier de la créature faiblissait, atteignant un niveau critique, mais continuait de se battre. L'atmosphère était emplie de sa haine. Il savait qu'il allait perdre, et cela, il ne pouvait l'accepter. Perdre contre des êtres inférieurs était pour lui le summum de la honte. Dans sa haine, il avait ordonné l'attaque des zergs, mais les protoss d'Ulrezaj s'étaient interposés. Les disciples eux aussi commençaient à faiblir, leur bouclier tenait bon, mais alors que la créature semblait infatigable, eux ne l'étaient pas. Leurs attaques se faisaient moins précises, les parades moins rapides, surtout que les illusions de Tenarsis avaient disparues.

Alors que le templier allait interroger Kel, celui-ci l'interrompit. Il allait remplacer les disciples. Personne ne préféra le contredire. Tous sentaient sa colère, et sa tristesse. Il tenait son adversaire pour responsable de la mort d'Ulrezaj, et il allait le faire payer.

Il courut vers son adversaire, puis alors qu'il allait frapper, ou plutôt, se faire embrocher, il effectua un saut périlleux et se retrouva derrière lui. Se retournant, il frappa. Son coup rencontra le bouclier, qui s'effondra aussitôt. Loin de se laisser décourager, la créature commença une série d'attaques rapides et mortelles. Kel fit montre de tout son savoir, et de toute sa science du combat. Il virevoltait entre les lames, faisant preuve d'une agilité insoupçonnée. Bien qu'il n'attaquait que rarement, il touchait à chaque fois, entaillant l'épaisse carapace de sa cible à chaque fois un peu plus.

Son adversaire se battait avec l'énergie de la haine, frappant sans discernement, alors que Kel ne perdait pas son sang froid. Sa colère était implacable, mais froide et contenue. Malgré ses nombreuses entailles, la créature ne semblait pas vouloir mourir, et le combat allait durer longtemps. Le problème était qu'ils ne disposaient pas de tout leur temps, car si les protoss d'Ulrezaj se battraient jusqu'à la mort, sans doute qu'ils ne tiendraient pas éternellement.

Absorbé dans son combat, Kel entendit à peine un « POUSSEZ-VOUS ! » lancé par Valnar. Il eut tout juste le temps de s'exécuter qu'un déluge de projectile s'abattait sur son ennemi. Considérant cette nouvelle menace, la créature se jeta sur Valnar, tentant de le tuer dans son dernier souffle. Mais alors qu'elle lui sautait dessus, une tempête prit forme, et la frappa de plein fouet. Les chocs furent si puissants qu'ils projetèrent leur cible en arrière, la faisant heurter le mur du laboratoire. La créature fumait, complètement brûlée. Tenarsis regardait le cadavre que Kel décapitait. Il avait l'air épuisé, il n'avait sans doute jamais lancé de tempête aussi puissante, et sans doute qu'il ne réitèrerait pas son acte avant un certain temps.

Maintenant que le calme était revenu, Valnar tenta de réveiller Nausicaa en douceur, ne sachant trop comment elle réagirait s'il le faisait brusquement. Après quelques essais infructueux, il se résigna à employer la manière forte : les « claques médicales ». Elles étaient sensé réveiller en douceur une personne inconsciente, tout en étant plus efficace que de simples paroles. Il n'obtint aucune réaction à la première série, et pas plus à la seconde. Il commençait la troisième, un peu plus forte que les autres, car il était pressé par la bataille qui se déroulait non loin de là. Bien mal lui en prit. Alors qu'il commençait tout juste la série, Nausicaa ouvrit les yeux. Des yeux jaunes dont on voyait tous les vaisseaux sanguins. Elle resta immobile pendant quelques secondes, temps pendant lequel une dizaines de glandes déversaient autant de produit dans son organisme. Immédiatement après, le Terran reçut un coup de poing qui lui fit perdre son équilibre et il tomba maladroitement sur le dos, l'armure n'ayant pas prévu le mouvement, elle ne pu rien empêcher.

La zerg se mit debout dans le même mouvement. De la rage se lisait dans ces yeux. Les disciples s'avancèrent pour tenter de la calmer, mais elle interpréta cela comme une attaque. Elle se jeta sur l'un d'entre eux. Son bouclier fut trop faible pour encaisser complètement l'assaut et il se retrouva par terre sans rien avoir vu venir. Le second, s'étant préparé, lui posa légèrement plus de difficultés. Il para la première attaque en attrapant le pied qu'elle lui lançait dessus, mais elle sauta en se servant des mains du disciple comme d'une plate-forme et lui donna un coup de son autre pied qu'il ne pu arrêter. Elle se dirigeait vers Tenarsis, peut-être pour le tuer, peut-être pour juste le mettre K.O, lorsque que les bras d'une armure de combat l'enlacèrent, l'empêchant de se servir des siens. Elle tenta de se débattre.

La force mécanique s'opposait à la force biologique. C'était une lutte inégale. Nausicaa venait de se réveiller, et l'effet des produits déversés par ses glandes commençait à s'atténuer. Finalement, elle s'effondra, retenue juste par l'armure de Valnar.

Lorsqu'elle releva la tête, elle avait l'air épuisée, et en même temps déboussolé. Lorsqu'elle demanda ce qui c'était passé, et qu'ils lui expliquèrent, elle n'eut aucune réaction, mais la lueur jaune de ses yeux disparu complètement. Elle n'était pas infestée depuis longtemps, et bien qu'elle soit humaine au départ, elle avait hérité des instincts zergs. Si bien qu'elle devait lutter presque à chaque instant pour garder le contrôle. Or, un réveil comme celui-ci entraînait une réaction en chaîne qu'elle ne pouvait contrôler, menant au résultat présent...

Les disciples n'avaient finalement que peu souffert, ils s'en tireraient avec un mal de tête, tandis que Valnar lui n'avait absolument rien, la peinture de son armure n'était même pas rayée. La bataille entre protoss et zerg faisant toujours rage, ils s'empressèrent de partir, mais quelqu'un n'était pas de cet avis...

Alors qu'ils commençaient à partir, une voix grave se fit entendre. Elle résonnait à travers la caverne, et même dans les esprits. Il ne communiquait pas seulement par la parole, mais aussi par la télépathie, même Valnar l'entendit clairement, bien qu'il n'ait aucune capacité, l'entendit distinctement. Même le combat entre protoss et zerg se stoppa lorsque la voix se manifesta. Ils se contentèrent de regarder dans sa direction.

«Pauvres fous ! Vous pensez pouvoir partir impunément ? Après avoir détruit le produit de nos recherches ? Après avoir tué mon frère ? Craignez ma fureur, car elle vous anéantir !

- J'aimerais voir ça ! Montrez vous, si vous n'êtes pas lâche !

- Soit, je peux vous accorder ce privilège. Regardez votre mort ! »

Sortant de l'ombre, une autre créature s'approchait. Il ressemblait bien de loin à un protoss, mais de nombreuses choses contredisaient cette première estimation.

Son visage était recouvert d'une sorte de masque à mi-chemin entre des écailles et une carapace. Sa poitrine et ses épaules étaient protégées par une armure faite en carapace, tout comme ses avant bras et le bas de ses jambes. Son bassin était protégé par une pièce d'armure en carapace qui se prolongeait sur l'avant des cuisses.

De l'armure de son avant bras gauche sortait une lame en os qui faisait bien soixante centimètres de long pour cinq de large à la base. Et sur son bras droit était monté une sorte de bouclier, bien qu'il y eut fort à parier qu'il n'était pas normal. Mais le plus inquiétant était sans aucun doute que de l'arrière de ses épaules, deux appendices, ressemblant à de fin et long bras, étaient terminés non pas par une main, mais par des griffes de facilement quatre-vingt-dix centimètres si ce n'était un mètre.

Du haut de ses deux mètres vingt, la chose semblait ne craindre personne, à raison sans aucun doute.

« Si l'autre était l'assistant, je suppose que vous êtes le docteur ?

- C'est ainsi que je me suis montré à vous.[

- Alors pourrait-on savoir qui vous êtes réellement ? Votre ami n'a pas eu le temps de nous le dire.
Folle, Vous ne savez pas à qui vous allez vous opposer. Préparez-vous à mourir. »

Ce fut Nausicaa qui attaqua la première, orientant les éclairs d'une tempête psionique sur sa cible. Peine perdue. Les éclair s'arrêtèrent juste devant « le docteur » qui les renvoya sur les disciples. Ils furent projetés à plusieurs mètres, leur peau fumante. Ils n'étaient pas morts, mais inaptes au combat. Valnar prit la relève, utilisant ses Déchiqueteurs, malheureusement ses dernières balles s'écrasèrent inutilement sur un puissant bouclier psionique. Kel le remplaça, il avait abandonné l'idée de la furtivité, qui ne semblait avoir aucun effet, et se battait complètement à découvert. Il était très rare de voir un templier noir entièrement visible, la plupart du temps, il gardait une prudente et légère invisibilité qui semblait les rendre translucides. Mais s'ils laissaient tomber le camouflage, leur énergie était entièrement tournée vers le combat, en faisant de redoutables adversaires pour n'importe qui.

Un bloc de pierre se détacha du mur derrière la créature, et fonça sur le templier. Il l'évita en sauta par dessus, mais un second vint le cueillir juste quand il retombait. Le choc le renvoya en arrière, mais il se remit sur pied et réattaqua aussitôt, accompagné de Nausicaa qui avait abandonné son épée. Cette fois-ci il esquiva toutes les pierres, petites ou grosses, et réussit à frapper la créature, qui se protégea avec son étrange bouclier tandis que la zerg devait faire face aux griffes et à la lame de combat en os. La lame verte s'enfonça sans difficulté, comme s'il n'avait rien eu, et le coup de Kel ne fut vraiment stoppé que lorsque sa main frappa le bouclier de la créature. Pendant quelques secondes, le templier put examiner ce qui l'avait arrêté. Le bouclier était en fait une sorte de gelée translucide qui prenait au fur et à mesure que la lame noire restait enfoncée, une couleur verte, la même que la lame. Comprenant de quoi il s'agissait, Kel se retira vivement, intimant à son allié de faire de même. Elle fut un peu moins rapide, et fut donc la cible de l'attaque de la créature.

Le... « Docteur », orienta son bouclier comme s'il voulait parer une attaque, mais à la place, une onde de choc en partit. Elle fut bien arrêtée par le bouclier psionique que Nausicaa avait érigé juste à temps, mais elle recula. Certes pas énormément, mais elle avait reculée alors que le bouclier n'était pas chargé complètement. Si jamais il pouvait effectuer un tir à puissance maximale, elle ne pourrait pas s'en protéger complètement.
La créature voyait clairement ce que pensaient ses ennemis, et ça l'amusait. Il laissait la peur faire son effet. Apeuré, ils ne se contrôleraient plus, et il lui serait alors facile de les vaincre. Décidemment, la conquête allait être bien plus faciles qu'ils ne l'avaient envisagés. Battre ces faibles ne présenterait aucune difficulté. S'en était presque dommage. Mais peu importe, on lui avait donné des ordres, et il les exécuterait.

Pendant qu'il méditait, il sentit une attaque, l'impact de griffes sur son ventre, là ou son armure ne le protégeait pas. Pourtant, il ne bougea pas d'un millimètre. Il prit simplement le bras qui l'avait frappé, et le projeta, lui et son propriétaire, contre le mur. Nausicaa cria aux autres de fuir pendant qu'elle retenait le « Docteur ». Si ils s'en sortaient, ils pourraient sans doute appeler les leur qui viendraient et pulvériseraient cet endroit. Immédiatement, les zergs se remirent à attaquer les protoss qui leur barraient le passage pour rattraper les fuyards, ceux-ci n'étant plus assez nombreux pour les retenir ils finirent par en laisser passer. Les premiers furent accueillis par les balles des Mutilateurs, que Nausicaa avait donnés à Valnar. Ca n'égalait pas l'efficacité d'un Déchiqueteur, mais des morceaux de zergs explosaient quand même à chaque impact. La première vague fut stoppée tandis que Kel et Tenarsis emmenaient les disciples. Finalement, le magasin fut vide, et Valnar du se rabattre sur ses lance-flammes au plasma. Les zergs approchant se transformaient en véritables torches vivantes pour devenir des tas de cendres en seulement quelques secondes. Finalement, il pu sortir, mais la chaleur des flammes fit exploser la roche et écrouler le passage par lequel il était passé. Mais ils étaient sortit, et ils allaient pouvoir appeler les leurs.

L'éboulement provoqué par les fuyards les mettaient à l'abris d'une poursuite immédiate, mais coupait également la retraite de la Zerg. Etrangement, les zerg contrôlé par la créature ne bougeaient plus, ils se contentaient de regarder les deux adversaires face à face, se jaugeant du regard, prêts à toutes éventualités.

Nausicaa savait pertinemment qu'elle ne pourrait pas vaincre en faisant uniquement appel à ses pouvoirs psioniques Elle ferma les yeux et se concentra, laissant ses glandes zerg faire leur oeuvre. Bientôt, elle sentit la maîtrise son corps lui échapper, l'instinct -aidé par les produits des glandes - reprenait le dessus. Elle avait un ennemi, et comme tout zerg, elle le tuerait, ou mourrait en tentant de le faire. Ses yeux étaient maintenant totalement colorés par un jaune sombre. Lorsqu'il le vit, le « docteur » recula imperceptiblement, surprit par le changement, mais se ressaisit vide. Il s'avança, déterminé à en finir vide.

Ce fut elle qui attaqua la première, elle courut droit sur son adversaire et mima un tacle que le « docteur » se prépara à parer. Mais au lieu d'une attaque par le bas, l'agente sauta juste au dessus de son adversaire, et lui décocha un coup de pied sur le visage qui le mit par terre. Il se releva vite se remettant en position de combat face à son adversaire. Malheureusement, elle avait déjà disparue de son champ de vision, en fait, elle était derrière lui, et le frappa à la base de ce qui aurait du être sa nuque. Ayant prévu quelque chose dans le genre, il se baissa et se retourna en frappant avec le plat de sa lame. Elle esquiva en se reculant, mais revint immédiatement à la charge, attaquant sans relâche.

Le combat continua sans qu'aucun ne prenne un avantage décisif. Nausicaa était plus agile et rapide, tandis que le « docteur » était bien plus fort et résistant. Les coups, comptés par les zergs qui entouraient les deux combattants, s'accumulaient des deux côtés. Nausicaa souffrait de plusieurs coupures légères de griffes qu'elle n'avait pu esquiver alors que l'armure en carapace de la créature commençait à montrer certains signes de faiblesses. Finalement, celui-ci entama une attaque circulaire des ses griffes et de son bras gauche, celui armé de la lame en os. Elle esquiva la lame et la première griffes, mais elle attrapa la seconde sur l'articulation, et effectua un saut périlleux par dessus. La force de torsion fut trop forte pour l'appendice, il céda dans un craquement sinistre en même temps que le « docteur » hurlait télépathiquement de rage. Avec le morceau arraché, Nausicaa réussit à couper la seconde griffe avait qu'il ne se remette de la douleur. Hélas, cette petite victoire fut courte, il planta sa lame dans le ventre de la zerg, lui transperçant le foie. Elle ne dit un mot, mais il put observer son regard incrédule.

Le combat resta figé pendant quelque temps. Nausicaa fut la première à agir. Au lieu de s'éloigner pour sortir la lame, elle avança sur celle-ci, un sourire mauvais aux lèvres. La lame agrandissait la plaie, mais l'infestée ne s'en souciait guère, vu son état, elle ne devait même pas ressentir la douleur. Toujours est-il qu'elle s'enfonça complètement sur la lame, jusqu'à ce que son ventre s'appuie sur la main de son adversaire. Celui-ci ne bougea pas, il n'en eut d'ailleurs pas le temps. Il reçut un coup de tête de pleine figure, suivit immédiatement par un coup de poing. Il recula, son visage en sang, la rage l'aveuglant. Il envoya un revers de son bras droit qui balaya la zerg et l'envoya s'écraser contre un mur. Cette fois-ci l'impact la fit grimacer de douleur, mais elle se releva, et se lança à nouveau à l'assaut de son ennemi.

Il para la première attaque et reçut immédiatement après la seconde sur son armure qui émit un craquement sinistre. Elle était parcourue d'une petite fente, tandis que le poing de Nausicaa était encore entouré d'un halo blanc. Sans lui laisser le temps d'y penser, elle recommença à attaquer, ses attaques étaient rapides et précises, trop pour qu'elles soient naturelles. Ses attaques se faisaient aux dépends de sa défense, elle ne prêtait plus guère attention à ses propres coup. Il réussit à planter une deuxième fois sa lame, quelque part dans les intestins. Elle ne sembla même pas s'en rendre compte, et frappa son bouclier qui vola en éclat. Elle avait maintenant les yeux parcourus d'éclairs, elle semblait.... possédée.

Il réitéra son attaque et lui perça un poumon, mais elle détruisit sa lame d'une simple frappe. Il eut à peine le réflexe de la projeter en arrière, stupéfait par tant de résistance et de puissance. Jamais il n'aurait pensé qu'une zerg puisse être aussi dangereuse.

Il lui faudrait se battre à fond pur la vaincre, il devrait utiliser au maximum ses pouvoirs psioniques. Il se surprit même à respecter son ennemie...
Alors qu'elle lui courrait à nouveau droit dessus lui, il lança une tempête psionique sur son chemin, orientant chacun des éclairs vers elle. Les premiers n'eurent pas l'air de la déranger, mais au fil des attaques, elle les sentait de plus en plus, finalement, un éclair un peu plus fort que les autres l'envoya à son point de départ, la peau fumante et à moitié brûlée.

Elle se releva à nouveau, tremblant sur ses jambes. On entendait encore les échos de la tempête psionique du « docteur » à un détail près : l'échos - qui aurait du s'affaiblir - s'intensifiait.

Elle courut de nouveau droit sur lui, plus déterminé que jamais.

«Quand te rendras-tu compte de la futilité de ta résistance ? Tu ne peux me vaincre, je suis le dépositaire d'un pouvoir bien supérieur à tout ce que vous pouvez imaginer.»

Il relança une tempête psionique, décidé à en finir cette fois. Il guidait chacun des éclairs avec une précision mortelle, pourtant, presque aucun ne touchait la zerg, ils étaient déviés au dernier moment. Quand aux peu qui la touchait, elle ne semblait même pas les remarquer.
Finalement, elle arriva sur lui, et il n'eut tout juste le temps de se rendre compte qu'il était mort...

A la surface de la planète, une tempête s'annonçait...
Valnar regardait horrifié le résultat de la tempête qui venait de s'abattre sur la zone. La caverne s'était effondrée sur elle-même suite aux nombreux impacts des éclairs. Tout ceux qui étaient dedans devaient avoir été tuée dans l'effondrement.

Il marcha sur les décombres, hébété par tant de puissance. Comment se pouvait-il qu'une tempête touche tant de fois la même zone ? Qu'est-ce qui avait bien pu les attirer à ce point ?

Les protoss semblaient eux aussi choqués, rien d'étonnant, mais ils étaient étranges, comme si l'orage n'était pas la seule cause de leur expression.

Machinalement, il enclencha son scan pour sonder les débris, recherchant d'illusoires survivants sans vraiment y croire.

Ce qu'il vit le surprit tellement qu'il fit un pas en arrière, titubant parmi les débris. Pas si loin devant lui son scan détectait une forme humanoïde enterrée, et le plus impressionnant, c'est qu'elle était encore en vie ! Son corps émettait une faible chaleur, mais existante. Il appela les Protoss à l'aide, mais ils ne répondirent pas, alors il commencera à dégager le corps lui même.

_______________


C'était une salle sombre. Deux silhouettes se regardent, elles semblent humaines, bien que cela soit difficile à préciser dans la pénombre.

"Vous êtes encore vivante, je suis impressionné.

- Qui êtes-vous ? Et où suis-je ?

- Vous me connaissez il suffit de vous rappeler. Quand au lieu... Nous ne sommes pas dans le monde matériel, mais dans votre esprit.

- Duran, je vous reconnais, vous êtes Samir Duran.

- C'est en effet un de mes noms, mais j'en ai eu bien d'autres ces derniers millénaires.

Oh, ça je ne vous le conseille pas. Savez-vous dans quel état est votre corps ? Il est brisé, la lame de votre adversaire vous a percé plusieurs fois, vous avez subit de plein fouet une tempête psionique plus puissante que tout ce que vous avez pu voir jusqu'a présent, sans compter l'éboulement de la caverne. Si vous utilisez vos pouvoirs psioniques à mon encontre, votre corps n'y survivra pas. De toute manière, vous ne pourriez me vaincre et je préfère vous combattre quand vous serez en pleine forme.

- Pourquoi êtes-vous là ?

- Pour vous avertir, à titre amical. Ce que vous avez détruit n'était qu'un centre parmi d'autre. Ne croyez pas que vous nous stopperez en n'en détruisant qu'un seul, vous nous ralentirez tout au plus.

- Qui êtes-vous ?

- Une personne bien plus ancienne que la Nuée ou les Protoss, qui oeuvre dans l'ombre afin de réaliser le plus grand projet de tout les temps. Une fois qu'il arrivera à maturité, nous reprendrons notre place d'antan.

J'eut continué cette conversation avec plaisir, mais d'autres affaires m'appellent, je dois préparer votre destruction."

La conversation s'arrêta aussi brusquement qu'elle avait commencé. La silhouette de Duran disparu, laissant son interlocutrice seule.

_______________


Les protoss se réveillèrent enfin, semblant reprendre leurs esprits après un long sommeil. Grâce à leurs pouvoirs psychiques, ils portèrent la zerg déterrée par Valnar, la maintenant en lévitation pour éviter d'aggraver ses blessures. Même avec ses capacités de régénération, le moindre choc pourrait lui être fatal.

"Nous avons réussi à contacter nos frères. Ils devraient bientôt arriver.

- Et pour Nausicaa et moi ?

- Ils ne savent pas encore. La laisser en vie serait très dangereux, mais ce que nous avons vu pourrait bien être pire encore. Quand à vous, nous pensions vous offrir l'asile, si ce que vous dîtes est vrai, il est inutile de retourner chez les vôtres.

- Peut-être que vous avez raison, je, je ne sais pas...

- Vous êtes libre de votre choix, nous vous déposerons là ou vous voudrez."

Les portes nefs arrivèrent quelques heures plus tard. La planète n'était pas référencée comme appartenant au secteur Koprulu, elle était en dehors. Une fois le groupe embarqué, la flotte protoss vitrifia la surface afin de détruire un éventuel second laboratoire souterrain.
Enfin, les vaisseaux protoss repartirent pour déposer leurs passagers.


---Orbite de char---

La sortie de l'hyperespace fut rude, des débris flottaient un peu partout, uniques témoins de la bataille qui s'était passée un peu plus tôt. La planète elle-même semblait n'avoir que peu souffert, les ruches devaient être intacte.

De nombreux Mutalisk orbitaient tandis que des seigneurs ramassaient lentement mais sûrement les débris. Ils seraient recyclés afin de fournir le creep, l'alimentation des zergs.

Etrangement, ils ne s'attaquèrent pas au porte nef envoyé pour y déposer la zerg. Les discussions avaient été longues et animées, mais finalement, il avait été décidé de rendre à l'Essaim ce qui lui appartenait.

Un membre de l'équipage arriva dans la salle d'isolation psionique. Ces salles servaient quand quelqu'un voulait penser sans que les autres risquent de l'entendre, ou pour les débats houleux. Les protagonistes étaient ainsi à l'abri des pensées indiscrètes et évitaient d'entamer trop profondément le moral du reste de l'équipage.

"Nous venons de recevoir une transmission ! L'interlocuteur se présente comme le Cerebrate Daggoth."

L'affirmation provoqua un murmure mental de surprise. Si le fait qu'un Cerebrate entre en contact avec un porte nef était plausible, comment Daggoth avait-il pu survivre à sa destruction par Zeratul ?

"Que nous veut-il ?

- Il nous donne des coordonnées d'atterrissage, ainsi que des instructions sur l'infestée. Il veut que nous l'emmenions nous-même dans son cocon pour qu'elle y guérisse.

- J'irais."

C'était Valnar qui s'était porté volontaire, il n'avait rien à perdre, et de toute manière, sas elle, il serait encore dans sa cellule, ou mort.

Le porte nef s'engagea, le chemin n'était pas bien difficile à deviner, c'était le seul endroit ou le gigantesque vaisseau pouvait passer sans risquer de heurter un zerg. Une fois en orbite, une navette pilotée à distance se détacha du navire et traversa l'atmosphère.

Arrivée au sol, elle s'ouvrit, laissant voir à Valnar une nuée de très près, voir même trop pour la plupart des humains. Il sortit, suivit d'une sonde qui maintenait Nausicaa en lévitation. Les zergs étaient amassé autour de lui, mais ils ne semblaient pas lui vouloir du mal, au contraire ils semblaient dégager la voie. La ruche dans laquelle il entra était la plus grande et la plus imposante (inquiétante ?) de toutes celles qu'il avait jamais vu. Il déposa la zerg dans son cocon, et se répara à repartir, quand une voix l'arrêta. Il se retourna cherchant l'origine de ce son. Tout ce qu'il vit fut une silhouette en haut d'une sorte d'escalier. Etait-elle humaine, il ne saurait pas le dire.

"Je sais ce que vous désireriez. Et je sais ce qui vous en empêche.

- Alors, vous savez que je ne resterais pas.

- Pas si sûr, je sais comment vous permettre de réaliser vos deux souhaits. Mais cela à un prix...

- Trop cher à payer, ce ne m'intéresse pas, désolé pour vous.

- Vous êtes libre de votre choix. Mais tôt ou tard, vous viendrez à nous."

Le Terran regagna la navette, et aucun zerg ne s'y opposa.

_______________


C'est une réception donnée en l'honneur du miraculeux retour de l'Amiral, sauvé des zergs par le courageux Hanson qui donna sa vie durant l'assaut final pour permettre aux protoss d'extraire le zerg de la planète volcanique de Char.

Beaucoup de monde était présent, trop pour que l'amiral se souvienne de leur nom à tous. Cependant, parmi tout ceux qui venaient lui souhaiter bon retour, sincèrement ou pas, il y en eu deux qui retinrent son attention. C'était ceux qui semblaient les plus sincères, ceux-là même qui l'avaient poignardés dans le dos affichaient maintenant un grand sourire, il le leur ferait bientôt ravaler.

La réception se termina tard, et Valnar emmena ses deux faux amis à l'écart, prétextant un sujet trop sensible pour en parler aux yeux de tout le monde. Ils acceptèrent, et le suivirent jusque dans un hangar désaffecté non loin de là. Ils prirent place dans un petit bureau dont les meubles étaient couverts de poussière.

"Bien, je sais que vous avez trahis l'empire Terran, maintenant, la question est : que savez vous de toute cette machination ?

- Seulement que vous allez mourir."

A ces mots, ils sortirent chacun une arme de poing, capable de percer même une armure de combat. Le Terran ne se laissa pas démonter.

"Je n'aime pas vraiment me répéter, mais je vais le faire rien que pour vous. Que savez vous de toute cette machination ?

- Admirable sang-froid, mais cela ne vous suffira pas.

- Vous ne voulez pas parler ? Très j'aurais tenté de vous éviter une moment très désagréable."

Une ombre tomba sur les humains, les assommant net.

"Je t'avais bien dit qu'il ne diraient rien.

- Au moins, j'aurais tenté.

- Je sais, je te connais assez pour savoir ça."

Un léger bruit de pas se fit entendre dans la salle adjacente, le hangar à proprement parler.

"Met ton armure de combat, je vais voir ce qu'il en retourne. Ils en ont pour vingt bonnes minutes les deux autres, tu devrais avoir le temps."

Nausicaa retourna au plafond, et passa par une vitre brisée pour accéder aux poutres métalliques du hangar. Une vingtaine de Marines menés par un Ghost avaient fait irruption dans le bâtiment. Un contretemps mineur aux yeux de l'infestée. Ils étaient venus tuer Valnar, et ô ironie du sort, ils trouveraient la mort, certes, mais la leur.

Un projecteur éclaira la zerg avant qu'elle est eut le temps de se camoufler, de toute manière, elle préférait combattre à découvert. Malgré tout, elle n'était pas très visible au milieu des poutres et des divers débris en tout cas, pas assez pour des humains.

Le Ghost l'interpella, criant juste assez pour qu'elle - non, pour qu'un humain - l'entende.

"Qui êtes vous ?

- Peu importe chef ! Elle est témoin de ce qu'elle ne devrait pas voir !

- Ouais ! Buttons-la !"

Un déluge de balle sortit des fusils Empaleurs, mais elles s'écrasèrent tous sur le bouclier psionique, quand elles ne rataient pas leur cible. Permettant à leur interlocutrice de répondre.

"Je suis Nausicaa, Agente au service de la Nuée."
Aucun commentaire - [Poster un commentaire]


Il n'y a pas de commentaire. Soyez le premier à commenter cette histoire !

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site StarCraft: Ghost : 1.900.718 visites.
© Copyright 1998-2020 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.